Découvrir de nouveaux sons, de nouveaux groupes, en se disant que le meilleur morceau du monde est encore à venir, c’est une des raisons d’être d’Each Day a Song. Se laisser surprendre chaque jour par de nouveaux enthousiasmes…

Cette attitude, c’est aussi celle d’Alan McGee. Un découvreur. Des la moitié des 80’s, son label Creation va permettre l’éclosion de groupes comme Oasis, Primal Scream, Teenage Fanclub, My Bloody Valentine. Le parcours de Creation s’achève en 1999.
Mais McGee poursuit sa démarche avec de nouvelles initiatives comme Poptones, ou, plus récemment, Creation 23, un label ne au cours de l’ été 2018, consacré à la découverte de nouvelles pousses indie-rock…parmi celles-ci, The Clockworks, jeune groupe irlandais installé à Londres. Le single « The Future… » sorti en juin est une belle bombe musicale d’un peu plus de deux minutes trente. Son successeur, « Can I Speak To A Manager » arrive dans quelques jours.
Dans une récente interview pour le NME, McGee estime que l’Indie-Rock n’intéresse plus guère l’industrie musicale et les radios. Il y a certainement du vrai dans cet avis. Et, malicieusement, il s’en réjouit, puisque ça lui laisse le champ libre pour découvrir des talents. Comme The Clockworks, qui se sont adressés à lui avec un certain culot en lui annonçant être la version punkrock de The Streets.
Ça tombait bien: McGee aime que les jeunes groupes aient du culot. A bientôt 60 ans, en septembre, Alan McGee reste à l’affût et n’a certainement pas fini de tomber sur des pépites sonores…