Paul Weller – Philosophe…

Posted: 11th mai 2020 by leo in Rayon "frais"

Reconstitution d’un duo: pour son nouveau single, Paul Weller retrouve son comparse de l’époque Style Council, Mick Talbot…
« Village » est une réflexion sur le fait de trouver le bonheur en soi, là où on vit…se contenter de ce qu’on est, de ce qu’on a…Intéressant en ces temps de confinement qui amènent à s’interroger sur ce qu’on est, sur ce qui nous motive…
Le morceau figurera sur le prochain album de Weller, annoncé pour juin…

Arrivée d’un troisième titre inédit en quelques semaines pour Bob Dylan, et confirmation du fait que ces nouveaux morceaux annoncent l’arrivée, le 19 juin, d’un nouvel album…
Le premier album de compositions originales et inédites depuis 2012. Depuis lors, Dylan a sorti trois lps composés de reprises du crooner Frank Sinatra..
« False Prophet » est un blues sobre et sombre…

Décidément…un décès, encore, dans l’univers musical. Et à nouveau une personnalité qui a apporté des éléments constitutifs de cet univers…
Florian Schneider, âgé de 73 ans, avait créé Kraftwerk, et ouvert de nouvelles voies pour l’utilisation de l’électronique dans le paysage rock…
Retour aux origines: la rencontre en 1968 de deux étudiants du Conservatoire de Dusseldorf, Schneider, pianiste et flûtiste, et Hütter, pianiste et organiste…
Les deux jeunes Allemands ont le même intérêt pour l’improvisation, l’expérimentation et la recherche de sons nouveaux.
En 1970, ils créent Kraftwerk, avec divers comparses. Notamment Röther et Dinger, qui par la suite créeront Neu…
Trois albums sortent, en 70, 71 et 73, témoins d’une démarche résolue de sonorités nouvelles. Jusque là, la réputation du groupe ne sort guère des frontières de son pays…

Au fil du temps, et avec l’arrivée de deux nouveaux, Flür et Bartos, les claviers et les percussions électroniques prennent le dessus. Le son de Kraftwerk se constitue, comme une analogie musicale d’un univers moderne, industriel, robotique…
En 1974 arrivé l’album « Autobahn ». Le morceau titre est à l’époque une véritable révélation pour ceux qui le découvrent. Et ils sont de plus en plus nombreux. Le disque permet aux Allemands d’élargir leur audience, de sortir de leurs frontières…
Le son du groupe à atteint sa maturité, Kraftwerk se dote d’une image originale et reconnaissable, un quatuor flegmatique aux allures robotisées.
Les réussites artistiques et commerciales vont se succéder, « TEE », « Radioactivity », « The Model »…

 

 

Fontaines DC – La suite…

Posted: 6th mai 2020 by leo in Non classé

Le groupe irlandais Fontaines DC a connu l’an dernier une incontestable consécration, avec un premier album qui confirmait toutes les promesses des premiers singles. Il faut maintenant passer à la suite, et la suite c’est la délicate étape du second album…
Dès février, ce nouveau disque était était quasiment finalisé. Et on le découvrira fin juillet…
Un premier extrait, la plage titulaire « A Hero’s Death », vient d’être dévoilé et rassure: le groupe a conservé sa belle énergie, et Grian Chatten n’a rien perdu de ses deux qualités, son talent de songwriter et sa présence vocale…
Tout au long du single, il scande des préceptes de vie positifs -ne pas rester prisonnier du passé, être sincère quand on parle,…-, et la répétition oppressante de ces slogans crée une étrange impression de vide, de manque de sincérité…
A noter la participation au clip d’un acteur irlandais, Aidan Gillen, vu dans The Wire et Games Of Thrones…

Une disparition, encore. Et celle-ci est due au coronavirus. Dave Greenfield est mort à l’âge de 71 ans.
C’était le claviériste d’un des groupes phares de la période punk, un de ceux, aussi, qui avaient poursuivi leur parcours par la suite, les Stranglers.
Et Greenfield, avec ses synthés immédiatement reconnaissables, était un élément clefs du son du groupe (d’ailleurs, rien que la présence de claviers distinguait clairement les Stranglers par rapport à leurs confrères en punkitude)…
On a parfois comparé le rôle de Greenfield à celui de Manzarek pour les Doors…
Ces claviers allaient prendre plus d’importance encore au début des 80s avec des albums comme « La Folie » ou « Feline ».
Et même si les titres du groupe étaient toujours cosigné par les quatre membres, c’est bien Greenfield qui était principalement à l’origine de ce qui fut le principal tube des Stranglers reconvertis à un son plus New Wave, « Golden Brown » en 1982…

 

Gorillaz – L’hommage à Tony Allen

Posted: 3rd mai 2020 by leo in Rayon "frais"

Arrivée plus tôt que prévu du nouvel épisode de la série Song Machine de Gorillaz. C’est qu’il s’agissait pour Damon Albarn de rendre hommage à Tony Allen, disparu cette semaine à l’âge de 79 ans. Une grande complicité unissait les deux musiciens, et Allen avait précisément participé à l’enregistrement de « How Far? », juste avant le confinement…

Le parcours du batteur nigérian a traversé les années et les genres, de l’Afrobeat au Rock en passant par le Jazz…
L’Afrobeat, ce fut dès la fin des 60’s la participation à l’aventure, musicale et politique, Africa 70, aux côtés de Fela Kuti…
Sa rencontre avec l’univers rock, ce fut le projet The Good, The Bad & The Queen, aux côtés de Damon Albarn, Paul Simonon et Steve Tong…
Et c’est sa passion pour le Jazz qui traversait son album « Rejoice » sorti en mars, fruit d’une collaboration avec le Sud-africain Hugh Masekela…
Un retour aux sources: dans les 60’s, le jeune Allen découvrait le Jazz en ecoutant des radios Sud-africaines..

 

Iggy Pop – L’épisode berlinois

Posted: 3rd mai 2020 by leo in 70s

Iggy Pop sort un copieux coffret consacré à sa période berlinoise: plusieurs cds, un livre, des raretés…Un premier extrait vient de sortir: une version alternative de « China Girl », un titre issu de la collaboration entre Pop et David Bowie. Un morceaux qui connaîtra un énorme succès dans la version que Bowie sortira plus tard, en 1983, version dance boostée par la production de Nile Rodgers…
Revenons en 1977: Bowie et Pop s’installent à Berlin.
Un séjour berlinois qui doit leur permettre de se remettre de sérieux problèmes d’addictions.
Et qui va leur permettre de donner un nouvel élan à leur parcours. Pour Bowie, c’est avec le fantastique « Low » le début d’une trilogie d’albums marqués par une audacieuse et radicale remise en question musicale…
Il va aussi aider Iggy Pop à tourner la page après la tumultueuse fin de parcours de la période Stooges. Bowie avait déjà travaillé sur la pro de l’album « Raw Power ». Il va étroitement collaborer à la réalisation des albums « The Idiot » et « Lust For Life » que Pop sort en ’77 chez RCA. Il va aussi accompagner Pop pour la tournée qui suit et fait l’objet d’un disque live, « TV Eye ».

 

2nd Grade – Hit To Hit

Posted: 3rd mai 2020 by leo in Rayon "frais"

Peter Gill est un musicien basé à Philadelphie. Il a réuni quelques uns de ses collègues du coin autour d’un nouveau projet, 2nd Grade.
Un premier album arrive en mai.
Trois titres ont déjà été dévoilés. Il s’en dégage une impression « feel good » qui fait du bien en ce temps de crise. Rien de révolutionnaire musicalement, des paroles presqu’anodines, juste un peu de plaisir…

 

Marc Bolan – Angelhead Hipster

Posted: 3rd mai 2020 by leo in 70s, Rayon "frais"

« Angelheaded Hipster », c’est le titre d’un album qui proposera des reprises du répertoire de Marc Bolan et T Rex. Une production orchestrée par le collaborateur du SNL, Hal Villmer, récemment disparu.
Il a réuni autour de ce projet une brochette hétéroclite d’artistes: U2, Elton John, Joan Jett, Father John Misty, l’Allemande Nena (« 99 Luftbaloons »), David Johansen, Todd Rundgren, Marc Almond, Sean Lennon, Nick Cave, dont l’interprétation de « Cosmic Dancer » vient de sortir,…
L’album arrive en septembre, et propose un survol d’un parcours arrêté trop tôt par un accident de la route…

Marc Bolan n’a vécu que trente ans. Sa carrière musicale a duré une dizaine d’années, entre 1965 et 1977. Et sa période faste n’a elle duré que trois ans. En l’espace d’une poignée de singles, Bolan s’est installé de manière durable dans l’univers pop-rock. Il fut l’emblème de la période Glam, qu’il initia, et continue à influencer de nombreux artistes. Bolan (Marc Feld)  est né en 1947. Il débute dans la seconde moitié des 60s, en pratiquant une sorte de folk rock psychédélique et poétique, inspirés d’univers fantastiques comme ceux de Tolkien ou Caroll. Deux auteurs de référence pour cette époque de grande créatvité imaginative et musicale. En 1968, Marc Bolan et Steve Peregrin Took créent Tyrannosaurus Rex. Le premier écrit, chante, joue de la guitare, le second chante et s’occupe essentiellement des percussions. Le tout dans une sorte de délire hippie tout à fait dans l’air du temps. Tyrannosaurus Rex sort plusieurs albums. Mais à l’aube des 70s, le duo éclate. Bolan va radicalement changer de registre. Il raccourcit le nom du groupe en T Rex, s’entoure de nouveaux musiciens, et propose une musique plus électrique, plus rythmée, et invente ce qu’on appellera le Glam Rock. Du rock « glamour », avec des musiciens aux look ambigu,décadent, tout en brillance (le « glitter »), avec des bijoux, des accessoires, des maquillages, une musique festive, dynamique, superficielle. Bolan devient l’incarnation de ce mouvement Glam (David Bowie, les New York Dolls de Johansen et Thunders, Mott The Hoople, Gary Glitter, Slade, Sweet, Alice Cooper,…) qui va règner sur les charts anglais et européens entre 71 et 74. Les tubes s’enchainent pour T Rex, et s’installe une « T Rextasy » qui rappelle par certains aspects la Beatlemania. D’autres « manias » suivront…Le look de Bolan est devenu une image, que l’on retrouve sur des posters,…au même titre que celle de Mick Jagger.

En 1973-74, la vague Glam s’essouffle. L’impact de Bolan s’en ressent. Il passe au second plan. On le retrouve aux Usa. Il continue à sortir des disques, mais la magie n’est plus la même. Début 1977, il revient en Angleterre, opère un retour avec l’album « Dandy In The Underworld ». Il entame une tournée avec en première partie The Damned, un des groupes pionniers du mouvement Punk. Un mouvement qui accueille avec sympathie ce provocateur du début de la décennie. On retrouve Marc Bolan à la télévision, sa carrière semble se relancer, et intéresser un public jeune. Mais en septembre 1977, il meurt dans l’accident de la voiture que conduit sa compagne, Gloria Jones (qui a chanté en 1964 le morceau « Tainted Love » que reprendra plus tard Soft Cell).

On ne saura jamais ce qu’aurait donné ce retour de Marc Bolan. Un artiste qui est toujours bien présent aujourd’hui. On retrouve régulièrement ses titres au détour d’une pub ou dans une BO de film. Et il continue à régulièrement être repris par d’autres…

Pas de chance pour Sports Team: ce jeune groupe de la nouvelle scène britannique s’apprêtait à sortir son premier album au cours de ce printemps.
C’était compter sans cette pandémie inédite qui empêche cette sortie, et surtout les concerts qui devaient l’accompagner…
Nouvelle date prévue pour l’album: la mi-juin.
En attendant, Sports Team sort un nouvel extrait du lp, illustré par un clip qui célèbre les joies du live, rassemblant des morceaux de vidéos tournées à l’occasion des concerts du groupe…