The Hives – Premier album live…

Posted: 8th septembre 2020 by leo in 2000s, Rayon "frais"

Un premier album live en perspective pour The Hives: il arrive le 25 septembre sur le label Third Man Records.Et c’est précisément dans le « quartier général » du label de Jack White qu’a été enregistrée devant une audience réduite, 250 personnes, la prestation qui fait l’objet de cette production.

Ce n’est pas la première collaboration entre le groupe et Third Man: c’est sur ce même label qu’etait sorti l’an dernier un single, le premier depuis 2015.
Le dernier album studio des Suédois est sorti en 2012…
La naissance du projet remonté aux 90s, mais c’est au début des 2000s que le groupe accède à une renommée internationale, quand Alan McGee le signe sur son label de l’époque, Poptones, et ressort quelques uns de leurs titres…
Les Hives sont alors associés à un mouvement musical qui est décrit comme un revival du Garage Rock, aux côtés des Strokes, Vines, Killers,…et des White Stripes de Jack White…
Le retour des guitares, d’une certaine énergie, et des noms de groupes débutant par « The », nourris de l’influence du Garage des 60s…

Afflecks Palace – Madchester…

Posted: 3rd septembre 2020 by leo in A suivre..., Rayon "frais"

Un nouveau nom à ajouter à notre catégorie « à suivre »:Afflecks Palace, un jeune groupe qui a vu le jour au cours de l’été 2019 à Manchester, créé par quatre musiciens qui mettent clairement en avant leur identité mancunienne…

Le nom du groupe est aussi celui d’un lieu connu de cette cité, un marché couvert qui rassemble sous son toit diverses boutiques.
Et le style du groupe se réfère à une période glorieuse de l’histoire musicale de la ville anglaise, la scène Madchester du début des 90s. Parmi les influences revendiquées par Afflecks Palace, les Stone Roses et The La’s…
Un premier single fin 2019, un premier ep en début d’année, un second qui arrive dans une quinzaine de jours, annoncé par le single « Jean Ripley »: le groupe se construit un beau répertoire, et à eu l’occasion de recevoir un joli coup de pouce de Steve Lamacq, sur BBC 6.
Difficile de se faire connaître en période de confinement, privé de scène depuis plusieurs mois.
Le son décontracté d’Afflecks Palace apporté un joli vent de fraîcheur, et rappelle le souvenir de la période Madchester. Au groupe de démontrer que sa personnalité va au delà de cet aspect revival…

Yello – 40 ans, un nouvel album…

Posted: 1st septembre 2020 by leo in 80s, Electro, Rayon "frais"

Un nouvel album du groupe Yello: le duo suisse ne connait plus la même exposition qu’au cours de la seconde moitié des 80s, mais il continue lentement mais surement à exprimer sa créativité électronique et volontiers excentrique. Agés de 75 et 68 ans, Dieter Meier et Boris Blank sortent « Point », leur 14ème album, 40 ans après le premier…

Yello a toujours été un peu à la marge: ce projet suisse -ils ne sont pas nombreux à connaître un succès international- est animé par un duo, un « bidouilleur de sons », Boris Blank, ex-conducteur de camion, musicien autodidacte,  et une figure de proue vocale, Dieter Meier, un riche dilettante…

Yello a connu quelques succès discographiques, mais si sa musique semble souvent familière, c’est surtout parce qu’elle a été utilisée fréquemment dans divers domaines, la pub, le cinéma, les jeux vidéos,…Elle s’y prête magnifiquement : le duo suisse, propose des morceaux intemporels, percutants, imagés, immédiats,… La technique de Boris Blank est particulière : il travaille en assemblant des sons, des voix, et des musiques samplés. Il s’est constitué une sonothèque personnelle imposante : plus de 100.000 éléments qu’il agence, met en rythme, enrobe de claviers, et utilise pour accompagner le voix singulière, parfois transformée, de Dieter Meier. Lequel est de son côté, notamment, metteur en scène : c’est lui qui se charge de la réalisation des vidéos accompagnant les morceaux. Parfois, le groupe fait appel à des voix extérieures, comme Billy Mc Kenzie (The Associates) ou Shirley Bassey.

Le premier single de Yello, « I T Splash », sort en 1979, le premier album fin 1980. Mais c’est  « I Love You », en 1983, qui va permettre au groupe d’être connu du  grand public. Et d’entrer dans les charts. D’autres morceaux phares suivront : « Vicious Games » (85), « Oh Yeah » (85), « Gold Rush » (86), « The Rythm Divine » (86),  « The Race » (88)… Par la suite, la carrière des suisses retrouvera une envergure plus modeste.
Mais les morceaux de Yello restent dans l’univers sonore, on les connaît souvent sans savoir de qui ils sont. Ils ont en effet été utilisés dans d’autres médias : au cinéma (Ferris Bueller, Le secret de mon succès, Touche pas à ma fille, American Pie,…), à la télé (le thème musical qui accompagne les apparitions de Duffman dans les Simpsons, Ushuaia, Eurosport, Ardisson,…), dans les jeux vidéos (Gran Turismo), ou dans des publicités (Twix, Fiat, Dhl,…).

Le répertoire de Yello ne ressemblait à rien de ce qui se faisait : il ne pouvait donc pas se démoder et n’a  pas pris une ride…Certains des albums du duo ont été réédités, dans des versions retravaillées, au cours des 2000s. Les productions originales, elles, sont assez rares: les deux derniers albums du duo remontaient à 2009 et 2016.

Un supergroupe aux allures gothiques pour venir en aide aux acteurs de première ligne de la lutte contre la pandémie…

Et c’est du beau monde qu’a rassemblé le leader de The Mission, Wayne Hussey, pour proposer une version nouvelle d’un titre emblématique de son groupe, le « Tower Of Strenght » de 1988…
Autour de Hussey, on trouve notamment. Martin Gore, Budgie (Banshees), Gary Numan, Midge Ure (Ultravox), Rachel Goswell (Slowdive), Andy Rourke, Kevin Haskins (Bauhaus), Lol Tolhurst,…
Du beau monde que l’on retrouve au fil d’une vidéo qui fait aussi la part belle à des images illustrant la lutte contre le Covid 19.
Le morceau est disponible sous diverses formes, vinyl, cd, plates formes de streaming, remixes, et l’ensemble des bénéfices vont à des associations qui luttent sur le terrain contre la pandémie…

Queen – Un live avec Adam Lambert

Posted: 24th août 2020 by leo in Rayon "frais"
Nouvelle conséquence du confinement: l’arrivée, le 2 octobre d’un album live de la formule actuelle de Queen, May et Taylor avec Adam Lambert…
L’album rassemblera des moments enregistrés au cours des tournées de ces huit dernières années. Avec un extrait du remake de la prestation du Live Aid proposé à Sidney en guise de soutien aux victimes des incendies qui ont frappé l’Australie.
C’était au de cette étrange année 2020. Que en avait prévu une tournée au Royaume-Uni et sur le continent européen. Projet mis à mal par la pandémie…
Brian May explique comment l’idée de proposer un streaming consacré, sur YouTube, à se souvenir de moments particuliers des tournées des années précédentes a suscité l’intérêt du public, et comment ce succès a entraîné l’idée de réaliser un disque live…

 

Nation Of Language a sorti, il y a quelques mois, un des plus intéressants « premiers albums » de 2020. Les New Yorkais proposent maintenant une reprise d’un extrait du mythique album « Doolittle » des Pixies (1989), « Gouge Away ».

Un surprenant mix entre l’énergie des Pixies et le son de Naion Of Language, une version moderne de la synthpop des 80s…
Devaney, le moteur du groupe, avait mené au cours de la décennie précédente un groupe situé entre punk et Patrick. Un projet prometteur mais écourté.
Il va alors changer radicalement de direction, suite à la (re)découverte du son d’Orchestral Manoeuvres. Il se lance dans la découverte de l’univers des sons synthétiques. Une démarche solitaire, autodidacte, qui aboutit à la création de NOL, avec son épouse et un musicien de son ancien groupe.
Le premier album a été une des bonnes surprises de cette année.
La reprise qui arrive aujourd’hui est une confirmation de cette première belle impression…

Elvis Costello – Made in Finland…

Posted: 16th août 2020 by leo in Rayon "frais"
Il y a quelques mois -c’était avant le confinement, et ça semble si lointain- Elvis Costello s’était rendu dans un studio finlandais, à Helsinki, ou il avait enregistré plusieurs morceaux, seul, assurant tous les instruments…
On en a découvert deux, déjà, des titres nerveux, rugueux.
Un troisième vient d’être dévoilé…Un morceau plus posé, presque classique, si ce n’est l’orchestration aventureuse…
Du tout bon Costello, qui, décidément, résiste à l’usure du temps…

Osees – Alias OCS, Thee Oh Sees,…

Posted: 16th août 2020 by leo in Rayon "frais"

Osees: c’est la nouvelle dénomination du projet au long cours du Californien John Dwyer. Né en 1997 sous le nom d’Orinoka Crash Suite, le groupe s’est appelé, au fil des années et des albums, OCS, The Oh Sees, Thee Oh Sees…

Parcours de longue durée, parcours prolifique aussi: l’album qui arrive en septembre sera le 23ème…
Un album au son personnel, et imprévisible, entre Psyche et Garage…
Exemple avec ce single qui, en ces temps de pandémie où la mort s’octroie une place débordante dans l’actualité et dans les infos et dans les esprits, s’interroge sue ce qu’est une vie réussie…

Une date, enfin, pour la sortie du premier album de Working Men’s Club: le 2 octobre.Et un single pour accompagner la bonne nouvelle: « Valleys », la première plage de l’album…

On a découvert ce groupe du Nord de l’Angleterre, du côté de Manchester, mené par le frontman et songwriter Sydney Minski Sargeant, en 2019, avec le rugueux « Teeth », morceau situé quelque part entre Postpunk et Cold Funk, avec ses claviers en avant.
Un groupe « à suivre » qui a confirmé avec les singles « AAAA » et « White Rooms… ».
En début d’année, WMC fut une des révélations de l’Eurosonic. Un premier album devait arriver début juin, sortie suivie de participations aux festivals d’été.
La pandémie et le confinement ont bouleversé ce programme. L’album arrive finalement en octobre.
Et pour le proposer en live, le groupe a décidé d’organiser des concerts en streaming. Le prochain, c’est dans une semaine…Renseignements sur la page Facebook du groupe…

Découvrir de nouveaux sons, de nouveaux groupes, en se disant que le meilleur morceau du monde est encore à venir, c’est une des raisons d’être d’Each Day a Song. Se laisser surprendre chaque jour par de nouveaux enthousiasmes…

Cette attitude, c’est aussi celle d’Alan McGee. Un découvreur. Des la moitié des 80’s, son label Creation va permettre l’éclosion de groupes comme Oasis, Primal Scream, Teenage Fanclub, My Bloody Valentine. Le parcours de Creation s’achève en 1999.
Mais McGee poursuit sa démarche avec de nouvelles initiatives comme Poptones, ou, plus récemment, Creation 23, un label ne au cours de l’ été 2018, consacré à la découverte de nouvelles pousses indie-rock…parmi celles-ci, The Clockworks, jeune groupe irlandais installé à Londres. Le single « The Future… » sorti en juin est une belle bombe musicale d’un peu plus de deux minutes trente. Son successeur, « Can I Speak To A Manager » arrive dans quelques jours.
Dans une récente interview pour le NME, McGee estime que l’Indie-Rock n’intéresse plus guère l’industrie musicale et les radios. Il y a certainement du vrai dans cet avis. Et, malicieusement, il s’en réjouit, puisque ça lui laisse le champ libre pour découvrir des talents. Comme The Clockworks, qui se sont adressés à lui avec un certain culot en lui annonçant être la version punkrock de The Streets.
Ça tombait bien: McGee aime que les jeunes groupes aient du culot. A bientôt 60 ans, en septembre, Alan McGee reste à l’affût et n’a certainement pas fini de tomber sur des pépites sonores…