The Posies – A contre courant…

Posted: 22nd avril 2012 by leo in 2000s, 90s

En 1986, dans l’état de Washington,  deux étudiants américains, Jon Auer et Ken Stringfellow,  sympathisent autour de leur passion commune pour la musique et entreprennent de composer et d’enregistrer des morceaux, à domicile. A eux deux, ils réalisent une cassette démo. Leur idée, c’est de s’en servir pour intéresser d’autres musiciens qui viendraient s’associer à leur projet, The Posies. De fait, des amateurs se présentent, un bassiste et un batteur sont engagés, et le groupe peut se produire en live. Mais surtout la cassette connait un beau succès, et des copies se multiplient. Un label indépendant, Pop Llama, la transforme en disque: le premier album des Posies, en 1988 s’intitule « Failure ». 

L’étape suivante, c’est un contrat avec Geffen. Et un deuxième lp, « Dear 23 ». On est en 1990. Les Posies bénéficient du travail d’un producteur d’envergure: John Leckie a travaillé pour Xtc, Magazine, il a produit les albums de la première période des Simple Minds. Un public plus large découvre le son dynamique, centré sur les mélodies, des Posies. Un son qui évoque par moments Teenage Fanclub, Xtc, voire les Beatles. Ce deuxième album et son successeur, en 1993, reçoivent un accueil favorable, sont diffusés sur MTV, se vendent bien. En 1996, par contre, « Amazing Grace » est un échec commercial. Peut-être les Posies ne sont ils pas en phase avec le son du moment (l’heure est au Grunge), peut-être les intervalles entre les sorties sont-ils trop longs pour maintenir l’intérêt. Et paradoxalement, ce quatrième disque est marqué par une percée au niveau international. Geffen jette l’éponge. Et le groupe, par la même occasion. On parle de fin de parcours pour les Posies. Retournés vers leur ancien label, ceux-ci sortent cependant un nouvel album, ironiquement intitulé « Success », en 1997.

Ensuite les musiciens se consacrent à des projets personnels. Sans que la dissolution du groupe ne soit annoncée. Stringfellow va accompagner REM en tournée. Des projets en solo voient le jour. Mais Auer et Stringfellow ne se perdent pas de vue, continuent à se produire sur scène. Et, en 2005, c’est le retour sur disque avec un nouvel album studio. Dont deux titres seront utilisés par Microsoft pour Windows Vista. Et en 2010 sort « Blood/Candy », un disque que les Posies veulent plus aventureux. Et qui prouve qu’ils ont encore des choses à faire entendre…

              

Golden Blunders

Solar Sister

The Glitter Prize

Definite Door