Billy Joe Armstrong propose une nouvelle reprise, un exercice qu’il apprécie, et par la même occasion remet en évidence Wreckless Eric, un musicien qui ne fait plus guère la une de l’actualité rock, mais qui a été un nom important de la scène anglaise de la fin des 70s, celle qui a tout chamboulé, entre Punk, Postpunk et New Wave…
Retour en 1977…sous le nom de Wreckless Eric, le britannique Eric Goulden fait partie de l’écurie d’un label qui vient tout juste de se créer, Stiff. Il y côtoie des gens comme Ian Dury, Elvis Costello, Rachel Sweet, et Nick Lowe. Stiff, petit label indépendant, bénéficie de l’intérêt du public pour ce qui est neuf, différent. Une compilation réunissant les artistes du label connaît un beau succès. Y figure « The Whole Wide World » que vient de reprendre Armstrong…
Un titre emblématique de cette période, et qui sera souvent repris par la suite, notamment par Lightning Seeds, les Proclaimers. Mental As Anything…
Après trois albums, Eric Goulden quitte Stiff.
Et entame un parcours plus discret, en solo ou avec divers projets, en duo avec son épouse ou en reprenant le nom de Wreckless Eric. C’est sous cette dénomination qu’est sorti en 2019 son dernier album en date…
La reprise et l’original…