Orchestral Manoeuvres In The Dark fête ses 40 ans d’existence. Le succès commercial des singles du duo s’est estompé avec les années, mais le savoir faire de celui-ci est resté intact, et son statut de groupe phare en matière d’utilisation des sons électroniques n’a pas été entamé. En témoigne la 4ème place obtenue par le dernier album en date du groupe dans le top anglais…
Pour l’occasion sort un nouveau best of réunissant les singles sortis au cours de la carrière d’OMD. Parmi ces titres, un nouveau morceau, « Don’t Go ».
Sort également un box copieux: 5 cds (les singles de 1979 à 2019, des démos, deux concerts), et 2 dvds (les passages en tv et du live)…

Retour sur le parcours de ce duo précurseur de la vague Synthé-pop qui fit les beaux jours de la New Wave, Orchestral Manoeuvres In The Dark. C’est lui qui a ouvert la voie à des gens comme Soft Cell, Yazoo, Tears For Fears ou China Crisis (et, en Belgique, Polyphonic Size ou Club Eternity). Et d’une certaine manière, il a préfiguré le phénomène House, dans son aspect « bricolage sonore à la maison »…A l’origine de la création d’OMD, deux anglais, Mc Cluskey et Humpfreys, qui partagent le même intérêt pour la musique électronique (Kraftwerk, Brian Eno). Après avoir participé à différents projets musicaux, ils créent un duo accompagné par un enregistreur 4 pistes, « troisième membre du groupe », qu’ils appellent Winston. Plus tard, ils ‘entoureront de musiciens « réels ».

Ils se produisent en public pour la première fois en 1978, sur la scène du Eric’s Club de Liverpool, et sortent la même année un single, « Electricity », de la pop électronique minimaliste, sur le label Factory Records.

En 1979, ils assurent la première partie de la tournée de Gary Numan & Tubeway Army (groupe électro créateur notamment de « Are Friends Electric ? ») et entrent en studio , s’entourent de musiciens additionnels et enregsitrent un 1er album, « OMD », qui sort début 80. Extrait de cet album, « Messages » sera leur 1er hit single

Ils enchaînent rapidement avec un nouvel Lp, fin 1980: « Organisation ». La réussite se répète, avec les singles « Enola Gay » (qui aurait dû figurer sur le 1er Lp) et « Souvenir » (leur plus grand tube).

Le 3ème album, en 1981, « Architecture & Morality », est celui de la confirmation. Et celui qui annonce un changement, aussi: OMD donne, notamment grâce à l’utilisation d’un mellotron, plus de profondeur, plus d’atmosphère, à sa musique (« Joan Of Arc », « Maid Of Orleans »).Le minimalisme des débuts est révolu. Le Lp suivant, « Dazzle Ships », est plus expérimental. Il marque un arrêt dans la progression « commerciale » du groupe. Mais celle-ci repend de plus belle avec, en 84, « Junk Culture » (« The Locomotion ») et, en 85, « Crush » (« So In Love »), produit par Stephen Hague.

Et surtout, ces albums ouvrent à Orchestral Manoeuvres les portes des charts américains. En 1986, le duo anglais se voit commander un titre pour la BO du film « Pretty In Pink ». Mais alors même que la conquête du public américain est une chose assurée, le groupe implose. Paul Humphreys et les autres musiciens quittent Andy Mc Cluskey qui poursuit seul sous la dénomination OMD. Et quand il arrête les frais, c’est Humphreys qui reprend le nom pour une tournée américaine. Ces tensions, et l’imbroglio qui s’ensuit, vont s’apaiser, et en 2006 OMD annonce sa reformation sous sa forme originale. Un onzième album paraît en 2010, « History Of Modern », et en 2011, le groupe accomplit une tournée aux USA, auréolé de son statut de groupe précurseur et essentiel. En 2013, nouvel album, « English Electric ». Le succès est au rendez-vous pour le duo, même s’il n’est pas de la même envergure que ceux des 80s…L’album atteint la douzième place du top anglais…

Quatre ans plus tard, OMD revient avec un nouvel album, « The Punishment Of Luxury ». Le groupe veut prolonger l’esthétique sonore de ses premières productions: une synthpop dépouillée, des sons souvent répétitifs, d’où se dégage une harmonie, une démarche nourrie d’autres disciplines artistiques, en particulier de la peinture…Ce dernier album en date permet à OMD de se hisser cette fois à la 4ème place du top Uk.