Led Zeppelin – C’était il y a 50 ans…

Posted: 22nd février 2019 by leo in 70s, Rayon "frais"

2019 est une année jubilaire pour les survivants de Led Zeppelin: 50 ans plus tôt, le groupe sortait ses deux premiers albums à quelques mois d’écart, et s’installait au rang de « grand » de l’univers rock. Et même si le parcours du groupe en tant que tel a finalement été assez bref -10 ans, 8 albums studios-, il reste une référence incontournable. Quand on salue la naissance d’une carrière nouvelle comme celle de Greta Van Fleet l’an dernier, c’est quand même beaucoup de Led Zeppelin dont on parle…

50 ans, c’est l’occasion de jeter un regard en arrière, et de « marquer le coup »: il sera beaucoup question du groupe cette année. De manière parfois tout à fait anecdotique, comme quand le groupe et la marque de chaussures Vans s’associent pour créer des chaussures à l’image des albums. Mais aussi plus musicalement, avec un site qui permet à chacun de créer « sa » playlist de titres choisis dans l’ensemble du répertoire du groupe, et de la partager sur les réseaux sociaux. Avec, cerise sur le gâteau, la possibilité de se créer une image de profil utilisant le graphisme de Led Zeppelin…Les premiers à se prêter au jeu ont été, ce vendredi, Jack White et les membres de Royal Blood…A chacun maintenant d’y ajouter sa vision du groupe…

Retour aux origines: tout commence en 1968 avec un musicien qui nourrit le projet de créer son propre groupe. Jimmy Page n’est pas un nouveau venu: il a travaillé en studio avec les Who, les Kinks,…et depuis 1966 fait partie des Yarbirds. Des Yarbirds qui sont, en 68, en fin de vie. Beck et Clapton sont partis, Page reste le seul à porter le nom du groupe. Et à devoir assurer les derniers concerts pour lesquels des contrats ont été signés. L’occasion est belle de créer « son » projet. Il recrute. Le bassiste et claviériste John Paul Jones d’abord: lui aussi un musicien poli par une belle expérience de studio, avec les Shadows et les Stones notamment. Pour les vocaux, il contacte Terry Reid. Qui a la mauvaise idée de privilégier la perspective d’une carrière solo. Et recommande un chanteur peu connu: Robert Plant. Il ne restera pas longtemps inconnu… A la batterie, John Bonham complète le quatuor. Qui se produit sous le nom de New Yarbirds sur scène, et impressionne. Quatre musiciens bourrés de talent, et une cohésion qui met en valeur ces talents. Suffisamment convaincant pour intéresser Atlantic. Le quatuor change de nom, et le Led Zeppelin nouvellement baptisé enregistre un premier album en une trentaine de jours. Il sort en janvier 1969. Il est nourri de Blues, mais donne à celui-ci une dimension et une intensité nouvelles avec ses orchestrations aventureuses. Le groupe part pour une tournée aux USA, en première partie de Vanilla Fudge et Iron Butterfly: sur scène, le groupe fait preuve d’une virtuosité et d’une capacité d’improvisation qui marque le public. Et qui ouvre au groupe le chemin de la tête d’affiche: il est inconfortable pour les autres groupes de passer après ce genre de démonstration. Pendant cette tournée, Led Zeppelin enregistre déjà les titres qui sortiront en octobre sur un second album qui s’impose deux deux côtés de l’Atlantique dans les charts. Led Zeppelin II détrône le « Abbey Road » des Beatles. Une sorte de passation de relais: les 70’s se sont trouvé de nouveaux héros…