La « Rock’n Roll attitude »: drogues, alcool, sexe, provocation, excès en tous genres. Entre légende et réalité. Nombreux sont les acteurs de l’univers rock qui ont « joué » avec cette imagerie tout en gardant le contrôle…
D’autres s’y sont lancés sans réserve, avec tous les risques que ça comporte. Ce fut le cas de Mötley Crüe auquel est consacré un film qui sera diffusé dès le 22 mars sur Netflix…
Un vieux projet, qui remonte aux début des 2000’s, consistant à mettre en image l’autobiographie du groupe. Il a fallu du temps. Réalisé par Jeff Tremaine (Jackass) le biopic débarque alors que le groupe a mis ses activités en veilleuse. Une semi-retraite, après 9 albums studios et une longue tournée d’adieux…
Les héros sont fatigués, et il y a de quoi. Né au début des 80’s, le groupe a poussé à l’extrême toutes les dérives: addictions, femmes, provocations, voitures et vitesse. Avec comme conséquences des accidents, cures de désintoxication et séjours en prison. On se souvient des démêlés de Tommy Lee avec son ex, et célèbre, femme Pamela Anderson…
Créé en 1981 à Los Angeles, le groupe a accompli, malgré tout cela, un solide parcours avec son Hard aux références lorgnant vers la génération du Glam « décadent » des 70’s, quelque part du côté des New York Dolls, avec qui Mötley Crüe a tourné…
Un parcours à (re)découvrir en images avec cette production de Netflix. Dans le rôle des membres du groupe, Machine Gun Kelly (Tommy Lee), Douglas Booth, Iwan Rheon (Games Of Throne), et Daniel Webber (The Punisher)…