Un petit tour en Australie avec The Vacant Smiles, qui sortent un troisième album « improvisé » en attendant que le vrai troisième album, en préparation depuis de nombreux mois, soit terminé. Compliqué? Oui, à l’inverse de leur son: dépouillé, guitares et orgue en avant, parfois tendu, souvent désinvolte. On y trouve des réminiscences du Pink Floyd première époque (« Connectivity »), des Feelies ou d’XTC (« Alarmy »). C’est tonique et sympathique. Avec ce petit côté brouillon que donnent à « Good Will » les circonstances de son enregistrement: voyant que leur album en gestation depuis de longs mois ne serait pas prêt pour la fin ’18, les membres de Vacant Smiles ont créé en un mois et demi « Good Will ». Un groupe capable de ce genre de « performance » mérite incontestablement qu’on se penche sur son cas…Et c’est avec intérêt qu’on attend leur troisième album devenu finalement le quatrième…