Salut, les anciens: Mark Knopfler, Joe Jackson et Fleetwood Mac donnent de leurs nouvelles, en octobre. Le premier annonce un album, 40 ans après la sortie du premier de Dire Straits. Il reste attaché à ses deux piliers: virtuosité guitaristique et chant posé. En 1978, Dire Straits avait proposé ce style flegmatique en pleine effervescence post-punk. Le groupe a cessé ses activités en 1995. « Down The Road Wherever » est le 10ème album en solo proposé par Knopfler. A la même époque, en 1978, le jeune Joe Jackson était signé par A&M et signait un premier album tout à fait dans l’air du temps. Au fil des années, il s’est écarté de ce rock nerveux qui l’a fait connaître pour s’aventurer dans des registres proches du Jazz Et du Classique. 40 ans plus tard, il renoue avec le son  de ses débuts: le tonique « Fabulously Absolute » annonce un album qui arrivera en début d’année.

Pas d’album pour Fleetwood Mac, mais une longue tournée. Et un désaccord avec Buckingham qui ne sera pas de cette tournée. S’ensuit une succession de déclarations contradictoires, et l’arrivée, pour le remplacer, de Mike Campbell (Heartbreakers) et Neil Finn (Crowded House) qui rejoignent Nicks, les deux McVie et Mike Fleetwood. 

Weezer ajoute une couleur à sa palette, avec l’annonce d’un quatrième lp sans titre, simplement désigné par sa couleur. Après le bleu, le rouge et le blanc, place au noir pour une production annoncée plus sombre. Premiers échantillons, « Can’t Knock The Hustle » et « Zombie Bastards ». L’album arrive en mars. Richard Ashcroft, lui sort un album deux ans après « These Rebel », lequel avait succédé à un long silence. « Naturel Rebel » arrive en octobre, et est marqué par quelques titres lumineux. Exemple: « Surprised By The Joy ». 

A pointer encore dans l’actualité automnale le retour du « supergroupe » The Good, The Bad & The Queen », et le succès du premier album d’un jeune groupe Us, Greta Van Fleet…Damon Albarn avait déjà sorti un album des Gorillaz plus tôt dans l’année. Un album qui renouait avec une certaine légèreté. En octobre, ilannonce le retour de son projet The Good…, groupe réunissant autour de lui Paul Simonon (Clash), Simon Tong (Verve) et Tony Allen. La plage titulaire, « Merrie Land » sort en single et donne le ton: l’album est sérieux, engagé, proposant une chronique des années ’10 en Angleterre, avec comme fil rouge une inquiétante marionnette. Plus léger: Greta Van Fleet, c’est le plaisir simple de faire résonner le Blues et le Hard. Sans complexe. Le jeune groupe américain, trois frères, les Kiszka, Josh, Jake et Sam, vocaux, guitare et basse, accompagné à la batterie par Danny Werner, proposent un rock franc, nourri de 70’s. Avec, côté vocal, une troublante similitude entre Josk Kiszka et Robert Plant de Led Zeppelin. Rien de révolutionnaire dans ce premier album, « Anthm Of The Peaceful Army » qui reçoit un bel accueil des deux côtés de l’Atlantique…