Septembre, le temps de la rentrée: les sorties et annonces se multiplient…Nouvel album, par exemple, pour Paul Weller, l’année de ses soixante ans. Celui d’Echo & The Bunnymen sort enfin. Celui de Muse arrivera en novembre: le groupe en dévoile plusieurs extraits. Arrivée d’un nouveau single pour Villagers, le projet de l’Irlandais Conor O’Brien. Il précède de peu le lp « The Art Of Pretending To Swim ». L’univers de Villagers ne change pas, mélodique, fragile et inquiet. 

Ty Segall est connu, entre autres, pour sa fringale de productions: elle se confirme en 2018. En janvier, il sort « Freedom’s Goblin », en juillet un disque en collaboration avec White Fence, et arrive en automne un album de reprises. Des covers de gens aussi différents que le Spencer Davis Group, Amon Duul, Lennon, Dylan, Gong,…Le premier echantillon de cet exercice est une reprise paresseuse et acoustique d’un titre punk de 1977, un brûlot politique intitulé « Class War ». Evan Dando, et son projet Lemonheads, annonce un exercice semblable: « Can’t Forget », reprise d’un titre de Yo La Tengo, annonce « Varshons 2 », disque de covers qui succède à « Varshons » sorti en 2009. Entre les deux, dix ans. Dando, lui, n’est pas un bourreau de travail…

Les Anglais de Django Django avaient sorti un lp en mars: ils enchaînent avec un ep proposant six nouveaux titres. Dont le très « feel good » « Swimming At Night ». Dans le même registre, tonique et inventif, les texans de White Denim proposent le huitième album, en dix ans, « Performance ». Marianne Faithfull, elle, en est à sa 21ème production studio. Sur une période de 53 ans. Faithfull évoque des thèmes sombres, sobrement et poétiquement. Avec des invités comme Nick Cave ou Marc Lanegan.