The Lemonheads – 1992, « It’s A Shame About Ray »

Posted: 3rd décembre 2018 by leo in 90s

Retour annoncé pour les Lemonheads, avec, début 2019, « Varshons 2 », un second album de covers après celui sorti en 2009. Dix ans d’écarts entre ces deux « Varshons »: Evan Dando n’est pas un bourreau de travail…Et on attend toujours l’hypothétique album de compositions originales dont il avait été question au début de cette décennie…

Quand on évoque les Lemonheads, on ne peut s’empêcher de penser à cet album « parfait » qui les a fait connaître en 1992, »It’s A Shame About Ray ». Un disque court, nerveux et mélodique.

Retour en arrière, cap sur l’année 1986, Boston, Usa : Evan Dando crée avec deux copains de collège le groupe Lemonheads. Ils n’ont pas vingt ans. Cette même année, le groupe autoproduit un EP et se produit en live pour la première fois…L’aventure devient sérieuse, la composition du groupe change. Du trio des débuts, seul Dando fait encore partie des Lemonheads. Il en sera d’ailleurs tout au long du parcours le seul membre vraiment permanent.

Au fil des mois, les Lemonheads gagnent en notoriété : en 1989, ils signent avec Atlantic, tournent en Europe et sont bien installés comme groupe apprécié des radios de campus américaines. Des albums sortent. Mais c’est au moment de la parution du cinquième, « It’s A Shame… », en 1992, que l’étincelle se produit, et que le groupe entre dans la catégorie des groupes Us majeurs.

L’album a été conçu par Dando pendant une tournée en Australie. C’est là qu’il rencontre Tom Morgan qui deviendra plus tard le bassiste des Lemonheads, et qui participe à l’écriture de certains titres. Sont également de l’enregistrement David Ryan, à la batterie, et Juliana Hatfield, basse et chœurs.

« It’s A Shame… » est un de ces disques qui ont la grâce. En moins de 30 minutes, ce condensé de Pop parfaite permet à Dando et à ses collègues de proposer un irrésistible mélange de Post Punk, de Folk, de Pop, servi par une voix parfaite. Une musique à la fois speedée et paresseuse.

L’album permet aux Lemonheads d’accroître très sensiblement leur impact. D’autant qu’au cours de la même période, le groupe propose sa version du « Mrs Robinson » de Simon & Garfunkel, une reprise qui accompagne le lancement d’une version k7 vidéo du film « The Graduate », qui fête des 25 ans. « Mrs Robinson » sort d’abord sous forme de single, avant d’être repris sur les versions ultérieures de l’album. Sortent en singles la plage titulaire et « Confetti ».