Un petit tour du côté de l’été 1973. On jette un coup d’oeil sur le chart UK du 18 août. Dominé par un des leaders du mouvement Glam: « I’m The Leader Of The Gang » est le titre du morceau de Gary Glitter. Alias Paul Gadd. Après quelques années peu fructueuses, il décide de devenir Gary Glitter, « Edgar le brillant »…Tout un programme, qui illustre bien son nouveau personnage médiatique: vêtement excentriques et effectivement brillants, bottines à plate forme, il propose des singles dynamiques, basés sur un rythme basique. Et ça fait mouche: de 1972 à 1974, il place huit titres dans le top 3, dont trois  n° 1…La razzia « Glam » est totale,avec Sweet, T Rex, Slade et Suzy Quatro. Cette jeune américaine est cette semaine là 3ème avec « 48 Crash », imposant son surprenant personnage de chanteuse « dynamite ». Entre Glitter et Quatro, en n°2, d’autres américains, mais dans un style plus posé: les Carpenters, Karen et Richard, frère et soeur, proposent une ballade nostalgique, « Yesterday Once More », qui sera reprise en français par Claude François. L’énergie, sans fioritures, on la retrouve avec Ray Dorset et son groupe Mungo Jerry. Avec « Alright, Alright, Alright » (une reprise du « Et moi, et moi, et moi » de Dutronc), ils renouent avec le succès qu’ils avaient connu en 1971 avec « In The Summertime ».                                       

 Une mode s’annonce, une autre s’essouffle: le duo Medicine Head représente la vague Hippie finissante avec « Rising Sun », un duo tout en coolitude, guitare et étrange guimbarde.Pour la petite histoire, un an avant Pink Floyd, ils intitulent un de leurs albums « Dark Side Of The Moon »… La vague montante, c’est celle du Disco. Les américaines de First Choice- elles viennent de Philadelphie-et pratiquent une Soul qui contient pas mal d’éléments qui seront ceux du Disco. 

Une famille américaine est représentée deux fois dans le classement, les Osmonds. Les Osmonds, c’est six frères et une soeur, impliqués dans un mouvement religieux (ils considèrent leur carrière dans la chanson comme une mission), qui se produisent sous différentes formes: en groupe ou en solo. Avec des « spécialités »: Mary, la fille romantique, Donny, l’ado charmeur, Little Jimmy, le gamin prodige,…Au milieu des 70s, ils font l’objet d’une véritable « Osmondmania » en Angleterre. 

L’ex Beatles Paul Mc Cartney retrouve le producteur George Martin avec un titre écrit pour la BO du film « Live & Let Die », de la série James Bond. Un gros succès pour les Wings qui connaissent une année 73 particulièrement chargée. Et réussie, avec ce titre, et les singles qui annoncent l’album « Band On The Run ».

 Enfin épinglons encore la présence, habituelle, de Slade avec « Skweeze Me Pleeze Me », qui sera leur cinquième n°1 alors qu’il avait été enregistré sans qu’il ne soit prévu de le sortir. Une simple fantaisie interne au groupe qui arrivera en tête des charts…