On ouvre le New Musical Express daté du 6 août 1983 à la page des charts. Et on découvre le même nom en première place des tops singles et albums: Paul Young pour qui 1983 est une grande année. Après avoir fait partie de plusieurs groupes, il se lance en solo, avec une pop fortement teintée de soul. Et sort l’album « No Parlez », qui sera une véritable mine de hits: « Wherever I Lay My Heart », « Come Back & Stay », « Love Of The Common People », et une fort personnelle reprise du « Love Will Tear Us Apart » de Joy Division. En deuxième position, les Eurythmics poursuivent sur la lancée de « Sweet Dreams », et précèdent Freeez, un groupe dance britannique qui connait son seul grand succès avec « IOU », produit par Arthur Baker. One shot également pour Jimmy The Hoover (28ème) avec « Tantalise », morceau produit par Jimmy Levine, qui triomphe la même année avec le premier Lp de Culture Club. Jimmy The Hoover est un groupe lancé par Malcolm Mc Laren, au parcours éphémère.

Jolie collaboration en 4ème place: Stevie Wonder produit le groupe de Gary Byrd, un Dj américain, et particpe au chant. Résultat: un groove assez parfait. A la 11ème place on découvre un Mike Olfield « nouvelle formule »: le musicien a changé de look et de registre à la fin des 70s. Sa musique, toujours électronique, se veut plus pop-rock, il s’entoure de musiciens, et d’une chanteuse, Maggy Reilly. Cela donne « Moonlight Shadow », qui lui permet de renouer avec le succès. Retour en grâce aussi pour Elton John, après plusieurs années en demi-teinte, avec l’album « Two Low For Zero », dont est extrait « I’m Still Standing », sa manière de dire qu’il faut encore compter avec lui. Son dernier succès comparable remontait à 1979…Une curiosité: « Right Now », un morceau du crooner Mel Torme repris par The Creatures, groupe créé en 1981 par Siouxie et un autre membre des Banshees, Steve Budgie, pour explorer d’autres paysages musicaux.

On épingle la présence de deux titres venant de BOs de films, « Flashdance », d’Irene Cara, et « Forbidden Colours », écrit par le duo Ryuchi Sakamoto (YMO) et David Sylvian, pour le film « Furyo » d’Oshima. Film dans lequel on retrouve un Bowie acteur. Une entrée en 31ème place surprend: le jazzman Herbie Hancock avec « Rock It ». Hancock a débuté vingt ans plus tôt aux côtés Miles Davis. Avant de se diriger vers un style de plus en plus personnel, faisant une belle place au funk, et nourri par un intérêt croissant pour les possibilités offerte par la musique électronique. Cette fois, il s’engage à fond dans cette voie, avec le producteur, et bassiste, Bill Laswell (Material). Et rencontre un bel accueil du grand public. 

Pour le reste, on trouve dans le classement quelques pointures qui font l’actualité en cette année 83: Police, Malcom Mc Laren, Bananarama, Wham, Depeche Mode, Cure, Costello, Côté Dance, on pointe KC & The Sunshine Band, Galaxy, les Funkmasters et les Mary Jane Girls, étonnant groupe féminin, lancé par Rick James, mêlant musique et mise en scène.