Suzi Quatro – Pionnière…

Posted: 30th mai 2018 by leo in 70s, Rock féminin

L’arrivée de Suzi Quatro sur la scène rock a marqué une étape importante pour la place des femmes dans ce monde jusque là presque exclusivement masculin.

Bien sûr, il y avait eu avant elle Janis joplin, Wanda Jackson, Nico,…Mais jusque là, les filles avaient été cantonnées au rôle de chanteuses. Et quand elles prenaient la guitare en main, c’était pour interpréter de douces ballades folk…Suzi Quatro donne un coup de pied dans ce conformisme: elle chante, joue de la basse, écrit et compose, et surtout elle assure le leadership de son groupe. Autour d’elle, des musiciens masculins. Et elle ouvre ainsi la porte à toute une nouvelle génération féminine, Joan Jett et les Runaways,  Chrissie Hynde(Pretenders), Pat Benatar, Tina Weymouth (bassiste des  Talking Heads,  Poly Styrene (X Ray Spex), Nina Hagen ,…Et aujourd’hui Courtney Barnett, incontestable héritière de la démarche entamée par Quatro…

C’est très jeune, au milieu des 60s, que Suzi Quatro débute dans la musique, en créant un groupe avec ses soeurs, dans la région de Detroit. Le groupe cesse ses activités, et la jeune américaine est repérée par Mick Most, producteur pour les Animals, Jeff Beck et Donovan, et créateur du label Rak Records. Sur ses conseils, elle part pour Londres, en vue d’y rencontrer les producteurs en vogue Nicky Chinn et Mike Chapman, qui collectionnent les réussites. Elle assure des premières parties pour Slade ou Thin Lizzy, sort un premier single sans succès,…Puis le déclic se produit dès le disque suivant, « Can The Can », en 1973. Tout s’enchaîne, les tubes se succèdent en 1973 et 1974: l’impact est considérable en Europe et en Australie. Mais elle ne parvient pas à s’imposer aux Usa. Le succès ne viendra qu’à la fin des 70s quand elle jouera un rôle dans la série Tv « Happy Days »…

Suzi Quatro en quelques mois a imposé sa personnalité: bassiste chevronnée, vocaliste puissante, qui n’a rien à envier à ses concurrents du moment, Slade et Sweet, conjuguant sans heurts sa féminité et une attitude scénique presque macho.

La réussite reflue presque aussi vite qu’elle était arrivée: la carrière de l’américaine devient beaucoup plus discrète à partir de la seconde moitié des 70s.

Elle reste en activité et l’est toujours. En 1980, elle figure sur la BO du film  « Time Square », aux côtés des Pretenders de Chrissie Hynde, des Talking Heads et des Ramones. En 1987, elle participe à l’enregistrement de la version caritative de « Let It Be » par le Ferry Aid, réunion d’artistes rock. Aujourd’hui elle tourne encore au rythme d’une centaine de dates par an. Son dernier album, « Into The Spotlight » est sorti en 2011, avec un clip produit par l’ex-Runaways Vicky Tischer Blue pour le morceau « Strict Machine », une reprise de Godfrapp.