Gros plan sur un groupe qui n’a pas eu  la carrière qu’il aurait méritée, The Boo Radleys.  Pourtant il s’agissait d’un des plus doués de sa génération, celle de la Brit Pop du début des 90s. Il n’a hélas pas réussi à accrocher le wagon des ténors qu’ont été Blur, The Pulp, Suede ou Oasis. Même s’il a connu la reconnaissance critique, et un beau, mais trop bref, épisode de réussite commerciale…

Les Boo Radleys naissent en même temps que la nouvelle décennie. Leur premier Lp sort en 1990 et s’attire déjà l’attention des professiionnels. En particulier du célèbre label Rough Trade. A la disparition de celui-ci, ils intègrent le catalogue de Creation, la label fondé par Alan Mc Gee.

Et en 1993, leur troisième album installe leur réputation: « Giant Steps », mélange de dance, shoegaze, psyché, rock, pop (on pense aux Stone Roses, aux Happy Mondays) est classé deuxième album de l’année ( derrière le premier opus de Bjork en solo) par le New Musical Express. Classement qui fait office de consécration, laquelle est confirmée par les lecteurs du même magazine, qui le classent en tête de leur propre Poll.

Mais on reste entre connaisseurs: le succès auprès du grand public ne viendra qu’avec le Lp suivant, « Wake Up », en 1995. Cet album, plus léger, plus pop, atteint la quatrième place du top Uk, tandis que le single, « Wake Up  Boo » entre dans le top 10.

Ce succès sera éphémère: les deux albums suivants, en 96 et 98, marquent le pas. Et en 1998, c’est la fin de l’aventure pour les Boo Radleys. Des membres du groupe, seul le songwriter et guitariste Martin Carr a poursuivi son parcours musical jusqu’à aujourd’hui, lentement mais surement. Il fait actuellement partie du catalogue du fort actif label Tapete. Son dernier album en date, « New Shapes Of Life », est sorti en octobre dernier, son dernier single en janvier…Carr a trouvé un équilibre personnel et de nouvelles possibilités matérielles d’exprimer son art. De reformation des Boo radleys, il n’en n’est pas question. C’est inutile, estime Carr. Une reformation, ce serait pour l’argent…