Après une fort longue pause, la machine Arctic Monkeys se remet en route. Un nouvel album arrive dans une semaine, « Tranquility Base Hotel & Casino ». La sortie du précédent, « AM », remonte à 2013. A la fin de la tournée consacrée à cette production, Alex Turner avait annoncé une pause dans le parcours du groupe. Pause active puisqu’il a sorti avec Miles Kane un second album de Last Shadow Puppets, tandis que Matt Helder assurait les percussion sur l’album « Post Pop Depression »…

C’est en 2016 que Turner s’est mis à l’écriture d’un sixième album. Un album conçu aux Etats Unis, et dont la tonalité est complètement différente de celle de son prédécesseur. Dès le départ, Alex Turner a modifié fondamentalement son approche: il a remplacé la guitare par un piano. Et a abandonné le côté « groovy » de l’album précédent. Il a nourri sa découverte du piano d’inspirations jazzy, et a conçu un album plus « intime », sur lequel sa voix prend toute son importance. Turner a aussi dévoilé au mensuel Mojo une série d’inspirations assez étonnantes: les musiques de film de Rota, Morriccone, François de Roubaix, Véronique Sanson, Dr John, Nina Simone, Terry Reid, The Electric Prunes, Nino Ferrer…Le résultat promet d’être déconcertant.

Pas de single avant la sortie de l’album, c’est la décision qu’avait annoncée le groupe. Par contre des titres nouveaux ont été interprétés hier soir à San Diego, pour le premier concert des Arctic Monkeys depuis presque quatre ans. Une manière d’entretenir le buzz, et une occasion de découvrir la tonalité 2018 des Arctic Monkeys…