C’est un des albums attendus de cet automne: en octobre sortira « Lotta Sea Lice », fruit de la collaboration entre deux artistes brillants, Courtney Barnett et Kurt Vile. Deux musiciens atypiques, nonchalants, chaleureux. Bref un duo dont on attend beaucoup. D’autant que le premier titre dévoilé, « Over Everything » (et sa vidéo décalée) est une belle réussite…

Courtney Barnett, installée à Melbourne, n’a encore qu’un album sur sa carte de visite. Un premier disque « longue durée » qui a fait immédiatement mouche: sorti en mars 2015, « Sometimes I Sit & Think, And Sometimes I Just Sit » fut directement un succès à l’échelle internationale, top 16 en Angleterre, classé 20ème dans le Billboard US…De quoi faire de l’Australienne une des révélations de l’année, retenue à ce titre pour les Grammies et les Brit Awards. Avant cette rapide percée, elle avait fait ses armes au cours des années 2010 dans un groupe puis en solo avec deux Eps…

Le parcours de l’Américain Kurt Vile est plus long, et plus progressif. C’est en 2013, avec l’album « Walking On A Pretty Daze », qu’il a acquis une véritable carrure internationale. C’était son cinquième lp, déjà. C’est en 2000 que ce natif de Philadelphie se met à la composition, nourri de Folk, Blues et Rock américain. Ensuite, avec Adam Granduciel, c’est la création du groupe War On Drugs. Qu’il quitte après le premier album, en 2008. Il se lance dans un parcours en solo, en marge de ses études puis de son boulot de manutentionnaire. Il sort deux premiers albums de manière assez confidentielle, sur de petits labels. Et met en place autour de lui une équipe de musiciens, les Violators.

Avec des enregistrements plus élaborés, il démarche les labels et atterrit chez Matador. Le troisième album, « Childish Prodigy », en octobre 2009, est celui qui lui permet de sortir de l’anonymat. La presse s’intéresse au personnage, il assure des premières parties pour Dinosaur Jr, entre autres.Deux ans plus tard, c’est la confirmation, avec « Smoke Ring For My Halo » :  sa réputation traverse l’Atlantique, on parle de lui dans le NME, dans le Guardian… Et le disque atteint la 154ème place du Billboard.Il prend son temps pour élaborer le cinquième album, « Wakin On A Pretty Daze »: ce disque est celui de la reconnaissance internationale, confirmée en 2015 avec « b’lieve I’m going down »…

k vile barnett