On reprend notre petit voyage au travers des étés musicaux passés. Voyage virtuel : on ne lésine donc pas sur les déplacements. Et plongée cette fois en 1972. Avec d’abord un morceau simple, simpliste même, qui connaît un succès international. Il est moins anodin qu’il n’y parait: il marque l’entrée de l’électronique dans le paysage musical grand public : « Pop Corn » de Hot Butter. Au départ, le morceau est composé en 1969 par Gershon Kingsley, compositeur d’origine allemande, dont la famille s’est installée aux Usa. Spécialisé dans les musiques pour cinéma, tv et musicals, il se passionne avec le français Perrey (un personnage, on en reparlera) pour les sons produits électroniquement. « Pop Corn » est repris en 1972 par Hot Butter, sur un album qui propose des versions électroniques de standards comme « Apache » ou « Telstar ». C’est amusant, ça marche, et le titre fait l’objet de nombreuses reprises (Anarchic System,…). Premier tube électro.

David Bowie sort cet été là un de ses albums phares, « Ziggy Stardust ». Mais côté single, ce n’est pas avec « Starman », extrait du lp, mais par l’intermédiaire du groupe Mott The Hoople qu’il récolte le plus de succès. Bowie donne un coup de pouce à ce groupe qu’il apprécie et qui ne parvient pas à décoller. Il leur compose « All The Young Dudes » et produit l’album du même nom.  De son côté, Alice Cooper sort « School’s Out ». La plage titulaire, énergique plaidoyer pour la disparition des écoles (sorte de « no future » avant la lettre) fait sensation en cette période de vacances, et permet à Cooper de connaître un bel accueil des deux côtés de l’Atlantique.

Deux apparitions importantes à signaler, dans le contexte de la vague Glam : Roxy Music et Gary Glitter. Gary « le brillant », alias Paul Gadd, végète dans le monde du spectacle depuis le début des 60s. La transformation de Gadd en Glitter (semelles compensées, vêtements argentés à paillettes…), et la création d’une rythmique particulière, saccadée, font de lui une des grandes figures du Glam : huit top 3 anglais en deux ans et demi, et un impact largement international. Du côté de Roxy, c’est le single « Virginia Plain qui fait connaître le style très particulier du groupe de Ferry, Eno, McKay et Manzanera. Entrée réussie et dépaysement pour le public de Top Of The Pops…

On entend beaucoup cet été là le morceau « Layla » d’Eric Clapton. En fait, il s’agit d’une seconde carrière pour ce titre sorti deux ans plus tôt par Derek & The Dominos. Un groupe créé « dans l’anonymat » en 1970 par un Clapton fatigué par la surexposition médiatique. A l’époque, le morceau avait été salué par la critique, mais le public n’avait pas suivi. Ressorti en 72 en accompagnement d’une compilation de Clapton, le morceau connaît enfin un accueil digne de ses qualités. Comme quoi, le nom…

Enfin, Each Day se serait certainement enthousiasmé, en 1972, pour le single « Silver Machine » de Hawkwind, un groupe anglais aux thèmes inspirés par la science-fiction, se situant entre Psyché, esprit très 60s, et son parfois proche du Heavy. Une sorte de symbole du passage d’une décennie à l’autre, qui connaissait cet été là un beau, et surprenant succès….A noter la présence, au chant, de Lemmy, qui quittera plus tard le groupe pour former Motörhead…

Capture d’écran (1248)