1973: Brian Eno quitte Roxy Music après la sortie de l’album « For Your Pleasure ». Il est devenu évident que la cohabitation au sein d’un même groupe de Bryan Ferry et d’Eno est impossible. Question d’ego, d’une part: même s’il est arrivé par la petite porte dans le groupe, et qu’il n’y joue qu’un rôle presque marginal – il assure le synthé et bricole les bandes magnétiques – , Eno, par sa personnalité extravagante fait de l’ombre à un Ferry qui se conçoit comme la figure de proue unique de Roxy Music. Et puis, les deux hommes ont des conceptions incompatibles de ce que doit être le groupe: Bryan Ferry est porté vers une sorte d’élégance consensuelle, Eno est tenté par les expérimentations déroutantes. Le premier va mener Roxy Music vers un registre glamour, séduisant. Le second va s’orienter de plus en plus résolument vers une musique parfois difficile d’accès.
Le premier album solo de Brian Eno reste encore assez classique, prolongeant la veine Glam de Roxy. Mais déjà, il y ajoute une touche « arty », des éléments nouveaux. Autour de lui, une quinzaine de musiciens, venant d’horizons différents. Il veut tirer parti de l’effet de rencontre. Parmi eux, Robert Fripp, de King Crimson, avec lequel il vient de collaborer, et tous les membres de Roxy Music. Sauf, bien entendu, Bryan Ferry…Musicalement, « Here Come The Warm Jets » part dans des directions fort variées, il met en oeuvre des instruments et des inspirations insolites. Les textes sont le fruit d’une technique d’écriture propre à Eno, aléatoire, basée sur des associations de mots. 
Le résultat est un disque à la fois « pop » et avant gardiste, accessible et expérimental. Une démarche aventureuse qui séduit ou déconcerte. Et qui amorce le parcours que le musicien britannique va emprunter au cours des années suivantes: cet ancien étudiant en art ambitionne d’apporter quelque chose de neuf dans le paysage musical. Il le fera au travers de ses albums solos, de son concept d’Ambient Music, d’écriture aléatoire. Et il mettra ses théories musicales au service de gens comme Bowie (la trilogie berlinoise), Devo, Talking Heads, U2,…

Capture d’écran (1168)