Se faire plaisir en jetant un coup d’oeil sur un classement remontant à un instant précis, histoire de respirer l’air musical d’un moment donné..De voir ce qu’on écoutait à telle ou telle époque…Cette fois, on règle la machine sur février 1977…Même si la nouvelle scène punk fait beaucoup parler d’elle  – on apprend par exemple que Jam a signé un contrat avec Polydor et que les fers de lance du punk US, Johnny Thunder et Wayne County, vont tenter de conquérir l’Angleterre, les Clash s’apprêtent à faire leur apparition et les Sex pistols à prolonger l’effet « Anarchy In The UK »-   les charts restent plutôt classiques. Le n°1 des singles est une agréable romance d’un habitué, Leo Sayer, suivi de Julie Covington avec le morceau titre de la comédie musicale « Don’t Cry For Me Argentina » et d’un single du comédien David Soul, moitié à la TV du duo Starsky & Hutch…On trouve aussi du disco, bien sur, avec Boney M (« Daddy Cool »), Thelma Houston, Earth Wind & Fire,…Plus soul-funk, Rose Royce avec un extrait de la BO d’un film américain, « Car Wash » ,signé Norman Whitfield..Elvis Presley, encore vivant, est présent…Et on retrouve David Bowie avec « Sound & Vision »,  un extrait de « Low », premier album de sa trilogie berlinoise. Un épisode plutôt expérimental dans sa carrière, avec la collaboration de Brian Eno. Bowie déconcerte une partie de son public avec notamment une face B essentiellement instrumentale…Plus classiques, les américains: Boston et les Eagles, et Genesis avec « Your Own Special Way ». Les charts sont encore bien calmes, les effets de la rupture punk-new wave ne se fait pas encore sentir. Seul représentants de la nouvelle vague dans ce classement de février: les Stranglers. Quelques mois plus tard, quelques semaines, même, les choses auront radicalement changé…Du côté des albums, « Animals » de Pink Floyd atteint la 1ère place moins d’un mois après sa sortie, et Fleetwood Mac fait son entrée avec le tout nouveau « Rumours ». Un énorme succès en vue pour les Américains: on en reparlera…

bowie low