OK Go – Le choc des images…

Posted: 24th novembre 2016 by leo in 2000s, 2010s, Rayon "frais"

Une nouvelle vidéo d’OK Go qui apparaît, c’est toujours un beau moment à savourer. Le groupe américain s’est fait une spécialité de proposer des clips inventifs, insolites, percutants, depuis une dizaine d’années. Le groupe a sorti ses premières productions au début des années 2000, Un premier album sort en 2002. Mais le déclic, c’est en 2006 la vidéo de « Here It Goes Again »: une « chorégraphie » jouant sur l’environnement, en l’occurrence des appareils d’exercices sportifs. C’est inventif et astucieux: les vues sur You Tube s’emballemt. L’aspect visuel booste un Power Pop assez classique, un son dynamique et sympathique mais qui n’a rien de révolutionnaire…

A partir de là, l’objectif des quatre membres du groupe sera de renouveler l’impact de cette vidéo. D’arriver à être à nouveau surprenants avec des mise en scènes hors du commun. Une sorte de défi pour Damian Kulash et ses comparses. Défi relevé depuis lors à plusieurs reprises de manière brillante. A chaque fois, il s’agit de jouer avec l’environnement, les interactions humaines, les apparences. Et de ménager une belle place à la fantaisie. La magie naît aussi de la modestie des moyens utilisés: OK Go joue sur l’ingéniosité -pas de paysages somptueux, pas d’effets spéciaux à grand spectacle- et privilégie les prises en une seule séquence. Tout vient de l’imagination et de la préparation. Ca donne les illusions d’optique de « Writings On The Wall », les bricolages de « This Too Shall Pass », l’utilisation de prises de vues par drone pour « I Won’t Let You Down », ou l’apesanteur de « Upside Down And Inside Out »…Certaines de ces productions ont dépassé le cap des 50 millions de vues…

Une préparation minutieuse est à la base de ces réussites. Et le groupe s’amuse manifestement. Pour le dernier clip, « One Moment », la prise a duré 42 secondes seulement. Le temps d’une explosion de couleurs tous azimuts…42 secondes ensuite passées au ralenti, pour épouser la durée du morceau. Et alors apparaissent tous les détails d’une patiente et précise mise au point…Du travail d’horloger, à savourer. Et on en profite pour se replonger dans quelques précédentes pépites graphiques d’OK Go…

ok-go