La couleur musicale de quelques étés passés, suite de notre série. Retrouver l’ambiance d’un été au travers de quelques morceaux…Arrêt cette fois en 1986. La vague New Wave se retire, une certaine effervescence disparaît. Le paysage de l’univers Pop Rock change : fini la période des groupes « modernes », parfois excentriques,  la scène se réorganise autour de grosses personnalités qui sont aussi de gros vendeurs. Madonna et Prince deviennent des « géants », George Michael referme l’épisode Wham, Collins et Mercury s’émancipent de plus en plus de leurs groupes respectifs…

De fait , Wham traverse l’été avec « The Edge Of Heaven », extrait d’un dernier album au titre explicite, « The Final ». Fin 1987, George Michael proposera « Faith », avec le succè que l’on connaît… Même si Phil Collins privilégie sa carrière solo, Genesis (en formule trio, avec Banks et Rutherford) reste une valeur sûre : l’album « Invisible Touch », qui sort en juin, est un disque phare de l’été (avec « A Kind Of Magic » de Queen et « True Blue » de Madonna), et sa plage titulaire est le premier numéro 1 du groupe aux USA.

Le tube estival de Madonna est « Papa Don’t Preach », extrait d’un troisième album qui lui permet de mettre la barre encore plus haut qu’avec « Like A Virgin ».

L’été 1986 permet de découvrir deux artistes américains, à la carrière relativement discrète, et qui connaissent cette année là une belle exposition. Bruce Hornsby, d’abord : pianiste, chanteur, compositeur, qui travaille ou travaillera avec des gens comme Clapton, Garcia, Stevie Nicks, Wayne Shorter, Dylan,…connaît son seul « tube », « The Way It Is », avec The Range, le groupe qu’il a créé en 1984. Ensuite, Stan Ridgway, ex leader du groupe Wall Of Voodoo. En 1983, seul, il place un morceau dans un film de Coppola. Et en 1986, son titre « Camouflage », extrait d’un premier lp solo, est un succès essentiellement en Europe. Par la suite, il ne renouvellera pas cette réussite…

Deux autres titres qu’on retient de cet été ’86 : Art Of Noise et son « Paranoimia », servi par un clip étonnant, centré sur le personnage d’un « présentateur virtuel » de la TV anglaise, Max Headroom (alias l’acteur Matt Frewer), et l’amusante reprise de « Spirit In The Sky » (un morceau de Norman Greenbaum datant de 1969), heure de gloire des londoniens de Doctor & The Medics, un groupe qui propose (déjà…) une sorte de revival Psyché-Glam…

art-of-n