The Veils – Cinquième album en vue…

Posted: 7th juillet 2016 by leo in 2000s, Rayon "frais"

S’annonce un cinquième album, « Total Depravity « , pour The Veils, un groupe qui s’est installé à son rythme dans le paysage du Rock britannique. C’est-à-dire lentement…Cinq albums en quinze ans de carrière…Il faut dire que le parcours des Veils n’a pas été une simple ligne droite, entre changements de labels et remaniements de physionomie. Des changements de personnel autour d’un acteur central incontesté, Finn Andrews.

Songwriter, chanteur, guitariste, c’est lui qui incarne principalement le groupe, en particulier au niveau scénique. Sa voix très personnelle et son jeu expressif, sont la marque de fabrique de The Veils.

Finn Andrews « entre en musique » très jeune. Il a de qui tenir : son père, Barry, a été le claviériste d’Xtc, sur les deux premiers albums, et est membre fondateur de Shriekback. Il a travaillé avec Eno, Fripp, Iggy Pop…Un univers musical aventureux qui a dû influencer son rejeton. Finn fait partie de plusieurs groupes et réalise des démos durant son adolescence, passée avec sa mère en Nouvelle Zélande. A 16 ans, il s’installe à Londres, et est rapidement remarqué. Il s’entoure de musiciens, crée The Veils en 2001, et signe rapidement avec Blanco Y Negro. Plusieurs singles sortent, assez discrètement. La sortie d’un album tarde, d’autant que le label cesse ses activités. Les Veils se retrouvent chez Rough Trade. Et le déclic se produit. Le groupe travaille avec Bernard Butler (Suede) et ses singles – « Guiding Light », « Lavinia »,…- gagnent en impact. Un premier album en 2004 apparaît comme une sorte de bilan de quatre années de travail. Un bilan rapidement suivi par l’éclatement du groupe. Causé par des divergences au sujet de l’orientation du projet. Retour en Nouvelle Zélande pour Andrews, qui, avec  deux anciens amis de jeunesse, élabore un nouveau répertoire. Le registre se fait plus sombre, toujours orienté vers l’expressivité…Résultat, en 2006, l’album « Nux Vomica » qui marque positivement la naissance de ces Veils « version 2 ». Finn Andrews prend de plus en plus d’autonomie en ce qui concerne le parcours de son groupe : après un troisième album chez Rough Trade, il crée son propre label, s’aménage un studio à Londres… En 2013 sort « Time Stays, We Go »: Andrews s’occupe de la production, le groupe élargit ses couleurs musicales.

Les Veils ont pris leur place dans l’univers musical, et les climats sonores qu’ils proposent ont aussi trouvé un écho du côté de la production cinématographique, chez Tim Burton (dans Frankenweenie) ou Paolo Sorrentino. Ils figureront aussi dans le soundtrack de la suite que David Lynch va donner à sa série culte Twin Peaks, avec « Low Lays The Devil », second titre avant-coureur (après « Axolotl ») d’un l’album dont la sortie est programmée fin août.Le morceau est solide, sa présence sur la BO de Twin Peaks devrait booster son impact. Et donner une meilleure exposition aux Veils…

veils2