Small Faces – Une comédie musicale…

Posted: 5th juillet 2016 by leo in 60s

Beau succès, en ce début d’été à Londres, pour une comédie musicale -« All Or Nothing »- qui met en scène la naissance et le parcours des Small Faces. Une plongée dans les 60s à la rencontre d’un groupe important, même s’il fut un peu en retrait par rapport aux grosses cylindrées de l’époque, les Beatles, Stones, Kinks et autres Who. Un groupe à la durée de vie bien plus courte que ceux-ci: le parcours des Small Faces tient entre 1965 et 1969. Ce qui ne les empêche pas de rester une référence privilégiée pour la pop anglaise. Ce fut particulièrement le cas pour la vague Brit Pop des 90s, et pour Paul Weller (Jam et le revival mod de la fin des 70s) et pour la génération qui se réclame de la lignée de Weller (Miles Kane, les Arctic Monkeys d’Alex Turner,…)

Tout commence dans l’est londonien en 1965. Ronnie Lane et Steve Mariott créent le groupe dans le contexte de la mouvance Mod (Who, Kinks,…). Plus tard il évoluera vers la pop psychédélique en vogue à la fin des 60s. Des concerts attirent l’attention de Decca. Un premier single, en 65, atteint la 14ème place du top Uk. C’est prometteur. Début 1966, « Sha La La La Lee » (écrit par Mort Suman) est n°3. Succès confirmé par un premier album, et le single « All Or Nothing », n°1. Malgré ces bons résultats, des divergences apparaissent entre le groupe et son manager. Les Small Faces quittent celui-ci, et Decca, pour Immediate, un label créé par Andrew Oldham, ex-manager des Stones. 

Ils y bénéficient de plus de moyens. Et leur année 1967 sera consacrée à la conquête des Usa. Conquête accomplie: leur nouveau son « psychédélique » y trouve un bon accueil, « Itchycoo Park » et « Tin Soldier » marchent des deux côtés de l’Atlantique. 

Autre belle réussite: « Lazy Sunday ». Un disque qui de l’avis du groupe n’aurait pas dû sortir. Ils l’avaient enregistré comme une plaisanterie, avec des harmonies particulières, et, pour Mariott, un accent « cockney » volontairement exagéré. La firme de disque fait pourtant le bon choix: le single sera top 2, en 1968. Une année 68 placée sous le signe d’un changement de perspective pour le groupe: jusque là, il avait surtout existé au travers de ses singles. Cette fois, il met en route l’enregistrement d’un concept album. Ce sera le brillant « Ogden’s Nut Gone Flake »: il est classé pendant six semaine n°1 du top anglais. 

A la fin de cette année 68, des dissensions se font jour dans le groupe au sujet de l’orientation de celui-ci: Steve Mariott quitte ses collègues et s’en va former Humble Pie, avec Peter Frampton. Les autres s’adjoignent un chanteur américain, Rod Stewart, et le guitariste Ron Wood. Et pour marquer clairement le changement, décident de se produire sous le seul nom de Faces. 

Notons que les Small Faces, première formule mais sans Ronnie Lane, malade, se reformeront pour une brève période au milieu des 70s. 

Après la disparition des Faces, Stewart entamera une fructueuse carrière solo, et Wood rejoindra les Rollingstones.

All or Nothing The Mod Musical