Lundi soir, Richard Ashcroft a proposé lors d’un concert en petit comité des titres de son nouvel album…Sortie vendredi de ce nouveau disque qui succède à un silence de six ans. A cette occasion, il a aussi interprété, avec ses nouveaux musiciens, des titres de ses précédents albums solos, et des morceaux de la période « Verve ». Un long concert de près de deux heures: Ashcroft veut manifestement marquer le coup avec la sortie de « These People ». Un album qui représente une sorte de « nouveau départ » dans un parcours tortueux, en dents de scie…

Les débuts de ce parcours, c’est la création de The Verve, au tout début des 90s, avec des copains de lycée. Les choses vont vite: remarqué par un label, Hut, le groupe sort ses premiers titres dès 1991. La critique est séduite, les morceaux entrent dans le Chart Indie anglais, Verve apparaît comme un nouveau venu avec lequel il va falloir compter…C’est John Leckie qui produit le premier album en 1993. Ashcroft et ses comparses sont ambitieux. Trop? En tous cas, s’il séduit par ses qualités, leur son imprégné de Psyche n’arrive pas à s’imposer commercialement. L’album suivant est moins alambiqué, plus direct. Entre temps, Ashcroft a sympathisé avec Oasis et les frères Galllagher, qui ont assuré pour eux des premières parties de tournée. L’influence se marque avec « A Northern Soul ». L’album, et le single « On Your Own », atteignent le top 20. Et puis, deux ans plus tard, ce sera le déclic: « Bitter Sweet Symphony » est un des grands titres de 1997, « The Drugs Don’t Work » et l’album « Urban Hymns » atteignent la tête des charts anglais, et connaissent une belle carrière internationale…Ce qui n’empêche pas le groupe de splitter à la fin de la tournée consacrée à cet album: signe de tensions qui s’étaient déjà manifestées plus ou moins sérieusement précédemment. 

En 2000, Richard Ashcroft entame un parcours solo, interrompu par une brève reformation de Verve pour une tournée, et un album en 2008. Quatre albums solos sortent pendant cette première décennie. D’honnêtes succès. Mais la magie d' »Urban Hymns » semble échapper à l’ancien leader de Verve. Suit un silence, long de 6 ans. Et l’annonce de ce retour…Un retour que l’Anglais envisage avec l’ambition, parfois démesurée, qu’on lui connait. Résultat: à découvrir vendredi. Le concert londonien de ce lundi a lui permis de voir que l’envie est bien présente: un punch qui fait plaisir à voir, et de nouveaux morceaux (« Out Of My Body », « They Don’t Own Me »,…) qui fonctionnent plutôt bien…

ashcroft