Décidément, 2016 est une année noire pour les musiciens. Bowie, Lemmy, maintenant Colin Vearncombe. Un nom nettement moins connu que les deux autres. Et pourtant au moins un de ses morceaux doit vous être fort familier: « Wonderful Life », sorti sous le nom de Black. Victime d’un accident de voiture il y a une quinzaine de jours, Vearncombe vient de décéder. 

En 1987, « Wonderful Life » de Black est un immense tube. International. La suite de la carrière de Black, alias Colin Vearncombe, consistera à réussir à continuer d’exister musicalement après une telle exposition, d’autant que les singles suivants ne réaliseront pas la même performance…En 2015, Vearncombe était toujours bien là, et avait publié « Blind Faith », un nouvel album de Black en téléchargement sur son site internet. Internet que l’homme avait réussi à utiliser pour poursuivre sa carrière de songwriter…

Retour en arrière: Colin Vearncombe se lance sur la scène musicale de Liverpool au tout début des 80s. Premier concert en 1981. Il rencontre Pete Wylie, signe un contrat avec Wea – il sera de courte durée- et sort une première fois « Wonderful Life » en 1985 sur un label indépendant. Le morceau atteint la 72ème place du top Uk. Une performance modeste qui éveille cependant l’intérêt de gros labels, RCA et A&M. C’est au second que Vearncombe confie alors la carrière de Black. La machine se met en marche: « Sweetest Smile » sort en juin 1987 et atteint le top 10. Dans la foulée ressort « Wonderful Life », qui cette fois, décroche un succès d’envergure internationale…Un premier album paraît, intitulé « Wonderful Life ». La barre des 2 millions de ventes est franchie pour Black. La suite s’annonce sous les meilleurs auspices. L’album suivant, Comedy » va pourtant marquer le pas, la critique est bonne mais le succès est en recul. La parution du 3ème Lp, en 1991, est marquée par des tensions grandissantes entre Vearncombe et A&M, sur la voie à suivre, sur le choix des singles. C’est la rupture. Et le début d’une nouvelle aventure pour Black…

Colin Vearncombe crée son propre label, Nero Schwarz.C’est sur celui ci qu’il sort son 4ème album en 1993. Suit une période de silence, d’absence, d’interrogations, une période difficile. De toute évidence, la rudesse de l’univers discographique a marqué un musicien qui n’était peut-être pas tout à fait en phase avec ce que le succès peut imposer comme choix de vie et de comportement. Le silence se prolonge jusqu’en 1999. Et la parution de « The Accused ». Vearncombe revient dans une autre perspective. La voix a mûri, il renoue avec la scène, et privilégie la simplicité au niveau de la production. C’est à ce moment aussi qu’il tire profit d’un outil qui entretemps s’est considérablement développé et permet un autre rapport avec le public: internet. Au fil des années 2000, il a multiplié les productions, les expériences, et rend compte de tout cela sur son site internet. Un site sur lequel il propose ses albums directement en téléchargement. Une nouvelle manière d’exister musicalement…Pour son album « Blind Faith », en 2015, il utilise pour la première fois le système du crowdfunding. Et est surpris par le succès rencontré par son projet. De quoi conforter l’enthousiasme de ce musicien brillant et intègre qui a du remettre entièrement en question son parcours après avoir connu un succès peut-être trop rapide, trop massif…Et aujourd’hui, disparition de ce bonhomme attachant: fin de l’histoire…

Aviary Photo_130983123201831928