2015, année des retours en série. Arrivés aux lettres K et L dans cette petite rétrospective alphabétique, on pointe ceux de Kula Shaker,Lush, L7 et The Libertines. Le retour de L7 avait été évoqué en décembre 2014. La création d’une page Facebook, dont le succès avait surpris les membres du groupe, avait été le déclic…Au cours des 90s, les filles de L7 avaient proposé une version féminine, voire féministe, rageuse, du Grunge. Parcours qui s’était arrêté avec l’arrivée dans le nouveau siècle. Un dernier album en 1998, un dernier rendez-vous live en 2001. Et puis le retour sur scène en janvier dernier, et la reprise des tournées…Rock féminin encore, avec Lush. Et autre retour surprise d’acteurs importants des 90s. Côté anglais, cette fois. Groupe mixte, mais dont le double moteur était féminin, Miki Berenyi et Emma Anderson, Lush s’était crânement installé sur la scène anglaise, entre Shoegaze et Britpop. Avant de s’essouffler, et de rendre les armes en 96 après le tragique décès de leur batteur. On imaginait l’histoire définitivement close. Jusqu’en septembre dernier, avec l’annonce d’un retour sur scène pour mai 2016. Annonce qui n’est pas passée inaperçue: concert sold out en 6 heures. Aujourd’hui, les filles de Lush évoque aussi la possibilité de composer de nouveaux titres. A suivre, donc…

Autre retour, qui il n’y pas tellement lontemps aurait paru tout à fait improbable: celui des Libertines. Groupe « météore » du début des 2000s: deux albums, en 2002 et 2004, un parcours tumultueux qui ne survécut pas aux excès de Doherty, aux tensions entre lui et Carl Barât…Peu de chance de revoir les Libertines ensemble, et encore moins de les voir réenregistrer. Et pourtant, surprise au cours du printemps 2014: les Libertines annoncent un concert à Hyde Park pour l’été. Amélioration des rapports entre les deux « fortes têtes » du groupe, amélioration de l’état de Doherty: on commence à imaginer la possibilité d’un troisième lp. Ce sera un des feuilletons des mois suivants. Une campagne « marketing » joliment orchestrée par leur nouveau label. Interviews, confirmation d’un projet en cours, titre dévoilé lors d’un concert, apparition « surprise » à Glastonbury, teasing progressif, passage à Reading,…Et en septembre l’album. Une belle réalisation.

Kula Shaker, enfin: un groupe qui avait effectué une entrée spectaculaire sur la scène Britpop en 1996, avec un son teinté de Psyché et d’influences indiennes. Sans réussir à prolonger ces beaux débuts. Kula Shaker, après 10 ans d’absence, était revenu à la charge au début des 2000s. Avant une nouvelle longue éclipse. Elle sera à nouveau interrompue: en octobre, Crispian Miller annonce pour 2016 un nouvel album. Un retour de plus à suivre de près…

libertines anth