L7 – Retour confirmé…

Posted: 31st mai 2015 by leo in 90s, Rayon "frais"

En décembre dernier, un nouveau nom s’ajoutait à la liste des retours inattendus annoncés.: L7, groupe féminin phare du mouvement Grunge…Rien de très concret, alors. Juste une possibilité: quelque chose s’était enclenché, les filles de L7 avaient créé une page facebook, presque 15 ans après la dernière apparition du groupe sur scène. Histoire de partager de bons souvenirs. Devant l’accueil rencontré par cette page, l’idée de reprendre l’aventure a fait son chemin: sur leur site, les musiciennes ont ouvert une mailing list, et laissé entendre qu’un vrai retour devenait envisageable…Confirmation il y a 3 jours avec un premier concert à Los Angeles. le premier depuis 2001…

Retour en 1985: le projet est lancé par Donita Sparks et Suzi Gardner, guitare et chant toutes les deux. S’y joignent la bassiste Jennifer Finch et, à la batterie, Demetra Plakas. Groupe 100% féminin, et volontiers féministe, L7 s’inscrit dans la lignée de Suzi Quatro, de Fanny, des Runaways , des Au Pairs et autres Slits: non, le rôle des filles n’est pas limité au chant. Elles écrivent, composent et jouent. Un son dur, entre Punk et Hard. Elles seront rapidement assimilées à la vague Grunge: après un premier album discret, elles sortent un mini Lp chez Sub Pop. Qui attire l’attention du label Slash (associé à Warner): c’est sur celui-ci qu’elles sortent en 1992 leur 3ème album, « Bricks & Heavy », produit par Butch Vig (« Nevermind » de Nirvana, c’est aussi lui). L’efficacité de leur son, rugueux, guitares en avant, fonctionne. Le single « Pretend I’m Dead » entre dans le top 10 alternatif du Billboard et traverse l’Atlantique. Un de leurs titres figure sur la BO du film controversé « Natural Born Killers ». Plus tard, elles figureront aussi dans la play list du jeu GTA…

Elles se font aussi connaitre par leur militantisme: leurs morceaux évoquent volontiers des problématiques en prise avec la réalité des femmes, comme le viol…En 1991, elles lancent à Los Angeles le festival « Rock For Choice ». Une manifestation en soutien au droit à l’avortement et à un suivi médical de qualité pour celui-ci. Nirvana et Hole participent à la première édition. Jusqu’en 2001, on y retrouvera des gens comme les Red Hot, Pearl Jam, Joan Jett, Rage Against The Racism,…Autre particularité des filles de L7: un sens certain de la provocation…Un tampon usagé lancé dans le public du Reading, ou un déculottage sur un plateau de la BBC: on n’est pas dans la dentelle. 

Le succès se prolonge avec l’album suivant, en 1994. Mais le soufflé va progressivement retomber. Les résultats de l’album suivant, en ’97, déçoivent le label, qui les lâche. Un dernier album, sur un petit label, sortira en 1998. Le quatuor se désagrège progressivement, l’aventure se termine. Les musiciennes suivent des chemins différents. Jusqu’à ce qu’en décembre dernier soit annoncée cette éventualité de reprise. A suivre…

l7

 

« I Need » (live, LA 2015) — « Pretend We’re Dead » (live, LA 2015

« Pretend We’re Dead » (live 1992) — « Wargasm » (live 1993)

« Andres » (1994) — « Can I Run? » (1994) — « Cool Out » (1988)