A son tour, après ses trois anciens compères, l’ex Beatles Ringo Starr a été intronisé dans le célèbre Rock’n Roll Hall of Fame. Une distinction un peu pompeuse, mais, surtout, la reconnaissance par ses pairs de son parcours…La cuvée 2015 mettait également à l’honneur, notamment, Joan Jett, Lou Reed et Stevie Ray Vaughan à titre posthume, et le groupe green Day. Avec lequel Starr s’est produit sur scène pour l’occasion…Une belle reconnaissance pour une carrière solo au long cours…

 La difficulté de « survivre » à la fin d’une aventure comme celle des Beatles…Pour Lennon et McCartney, les choses n’ont guère posé de problèmes. Les deux songwriters et frontmen attitrés des Fab Four étaient bien armés pour rester en haut de l’affiche. Harrison, lui, s’était forgé une image qui convenait bien à l’univers musical de l’époque. Pour Ringo Starr, par contre, les choses étaient moins évidentes. Pendant sa période « Beatles », il n’était sorti qu’occasionnellement de son rôle de batteur, assurant le chant sur des titres comme « With A Little Help » ou « Yellow Submarine ». Et il entama assez maladroitement sa reconversion en solo. En 1970, il sort deux albums : « Sentimental Journey » est fait de reprises de succès des années 30 et 40, tandis que « Beaucoup Of Blues », enregistré à Nashville, l’entraîne vers le registre Country. De quoi désarçonner les fans des Beatles…Après une période « calme », ponctuée par un single et une participation au Concert For Bangladesh de son ex-collègue Harrison, Starr revient en 1973 avec un troisième Lp, « Ringo ». Et cette fois, ça fonctionne plutôt bien, surtout aux Usa où deux singles, « Photograph » et « You’re Sixteen » (reprise d’un standard des 60’s) sont n°1. Succès aussi en Angleterre et sur le continent européen. C’est cependant aux Etats-Unis que l’ex-Beatles rencontrera toujours le plus de réussite…

En 1974, « Good Night Vienna » prolonge le parcours entamé avec « Ringo », mais dès 1976 c’est le retour dans le rang : « Rotogravure » et « Ringo The 4th » sont de nettes déceptions. Starr continuera à sortir des albums mais de manière ponctuelle et assez discrète. D’autant que son parcours personnel connaît des passages difficiles.Il évoque lui-même avec franchise et recul la manière dont il a vécu difficilement la fin du parcours des Beatles, et son recours à l’alcool au cours des 70s…

En 1989, il met en place une nouvelle formule : le Ringo Starr & His All Starr Band, avec lequel il tourne régulièrement depuis lors.Une redécouverte de la scène, pour lui qui en solo ne s’était guère essayé à cet exercice. Il rassemble autour de lui des musiciens connus par ailleurs, des équipes qui varient de tournée en tournée. Ringo Starr et ses accompagnateurs se partagent la scène. Au fil des années, ce « supergroupe à géométrie variable » a réuni des gens comme Roger Hodgson, Todd Rundgren, Joë Walsh, Jack Bruce, John Entwistle, Peter Frampton,…Un vraie petite « encyclopédie du Rock » itinérante…Une aventure qui continue, et qui fait l’objet d’albums enregistrés en live.En parallèle, il continue à sortir des albums en solo. Le dernier, « Postcards From Paradise », est sorti fin mars.

ringo starr

 

Ringo Starr & Green Day – « Boys » (Hall of Fame 2015)

« Photograph » (1973) — « You’re Sixteen » (1973)

« Goodnight Vienna » (1974) — « Postcards From Paradise » (2015)

Ringo Starr & His All Starr Band – « Yellow Submarine » (2003)

  1. Allison dit :

    Roger Hogdson, la voix légendaire de l’ex Supertramp, est de retour en France à Nantes le 30 Juin, le 1er juillet à Paris et le 1er août à Carcassonne !
    http://www.rogerhodgson.com/
    Reconnu comme l’un des auteurs-compositeurs et paroliers les plus talentueux de notre époque, Roger Hodgson fait partie des pionniers du rock progressif. Le légendaire compositeur de plusieurs des plus grands hits du groupe a notamment écrit et chanté : “Give a Little Bit”, “The Logical Song”, “Dreamer”, “Take the Long Way Home”, “Breakfast in America”, “It’s Raining Again”, “School”, “Fool’s Overture” et tant d’autres qui sont devenues la bande originale de nos vies.