Cockney Rebel – Glam Rock et audace musicale

Posted: 19th mars 2015 by leo in 70s

Gros plan sur un des groupes les plus intéressants, et les plus étonnants, de la période Glam Rock, Cockney Rebel. Un groupe dont on aurait aimé suivre l’évolution plus longtemps. Au départ, il y a deux amis, qui jouent dans la rue. On est en 1972. Steve Harley est le compositeur du duo, John Crocker a la particularité outre la guitare, de manier la mandoline et le violon. Ils s’adjoignent d’autres musiciens, et se produisent sur scène sous le nom de Cokney Rebel. Remarqués par le label EMI, ils ne tardent pas à enregistrer un premier single, en 1973: « Sebastian » sera d’emblée un gros succès, étonnamment plus sur le continent qu’en Angleterre.

D’emblée le groupe séduit et étonne: affichant un look Glam finalement assez commun pour l’époque, c’est musicalement qu’il se distingue. Le violon et la mandoline de Crocker remplacent la guitare électrique classique, le piano occupe une belle place, les constructions musicales sont alambiquées (on pense à Roxy Music, période Eno, aux Sparks), et la voix, surjouée, de Steve Harley créent le côté inédit de leurs titres. 

Un premier album, « Human Menagerie » suit de près « Sebastian », et un nouveau single, « Judy Teen », confirme qu’il ne s’agissait pas d’une réussite sans suite. En 1974 paraît « The Psychomodo ». Et un nouveau tube, « Mr Soft », là aussi un morceau surprenant.

Et alors que tout semble aller pour le mieux, une crise éclate: à la fin d’une tournée fructueuse, les musiciens de Cockney Rebel quittent le groupe. De toute évidence la cohabitation entre eux et Harley n’est pas simple; Seul le batteur Stuart Eliott reste avec Harley, qui engage d’autres musiciens de session. C’est sous le nom de Steve Harley & Cockney Rebel que sort en 1975 « The Best Days Of Our Lives », produit par Alan Parsons. Un single encore connaît une belle carrière, « Make Me Smile », à la mélodie joyeuse, et aux paroles douces amères, qui semblent évoquer l’éclatement de Cockney Rebel. Et puis l’aventure devient plus discrète: Harley et Eliott continuent à tourner avec le répertoire du groupe. 

Steve Harley, au cours des années 90 et 2000 a sorti quelques albums solo. Le dernier date de 2005, publié, celui là, sous la dénomination de Steve Harley & Cockney Rebel, qu’il décide de réutiliser. Et sous laquelle il continue à tourner régulièrement. En 2012, il reprend les titres des deux premiers albums de Cockney Rebel avec une nouvelle orchestration pour accompagnement par orchestre et choeur… De 1999 à 2008, il a animé une émission- consacrée aux 70s- sur la BBC Radio. Et la musique de Cockney Rebel a suivi son chemin toute seule: « Make Me Smile » a été utilisé comme musique de pubs dans les 90s, et s’est retrouvé au générique des films « Full Monty » et « Velvet Goldmine ».

cock reb

 

« Sebastian » (1973) — « Judy Teen » (1974) — « Hideaway » (1974)

« Mirror freak » (1974) — « Psychomodo » (1974) — « Mr Soft » (1974)

« Make Me Smile » (1975) — « Here Comes The Sun » (1976)

« Sebastian » (live 2012)