Octobre 1981: The Human League sort « Dare ».C’est le troisième album du groupe. Mais il apparaît plutôt comme un premier disque. Celui d’un groupe qui repart de zéro, dans une direction différente, avec une formation renouvelée…C’est aussi un disque qui clôture en beauté une année débutée dans les pires difficultés pour un groupe dont l’existence même est remise en question…

Retour en arrière de quelques mois: après deux albums qui ont reçu un accueil favorable surtout du côté des critiques, mais qui sont restés des succès commerciaux très relatifs, Ian Marsh et Martin Ware décident d’arrêter l’aventure. Ils vont lancer un nouveau projet, Heaven 17. Restent Phil Oakey et Philip Wright. Pour la petite histoire, signalons que c’est en échange d’une £ pour chaque exemplaire d’un nouvel album vendu que le duo Marsh-Ware accepte qu’Oakey et Wright puissent continuer à utiliser le nom de Human League. Au moment du bilan des ventes de « Dare », Marsh et Ware se rendront compte qu’ils ont fait une très très belle affaire…

Les deux membres de Human League restants s’adjoignent deux jeunes filles, encore étudiantes, pour les vocaux, Joanne Catherall et Susan Alley. Et Ian Burden, qui accompagnait le groupe pour les concerts l’intègre entièrement comme claviériste. Et aussi comme auteur-compositeur. Un gutariste, Jo Callis, complète la formation…Une formation qui veut s’orienter vers une musique plus commerciale, moins expérimentale.Le label Virgin met la pression sur Human League. Il devient urgent pour le groupe  de démontrer qu’il possède un vrai potentiel commercial…Un single sort, « The Sound Of The Crowd », pour occuper le terrain. 

C’est Martin Rushent qui va travailler à la production du futur album. C’est important dans le processus de transformation du son de Human League. Rushent est un producteur déjà chevronné: il a travaillé avec Téléphone, The Stranglers, The Buzzcocks…A ce moment de sa carrière, il prend une initiative radicale: il investit beaucoup d’argent dans la création d’un studio privé, orienté vers les nouvelles technologies numériques, et l’électronique. Pour lui aussi, cette expérience avec le groupe de Sheffield est cruciale. En août sort un nouveau single, « Love Action ». Il atteint le n°3 du top Uk, et est salué par les chroniqueurs spécialisés. Cet intérêt du public décide Virgin: le troisième album verra bel et bien le jour. « Open Your Heart » sorti en single confirme les promesses d’un album qui est annoncé pour la fin 1981. Et qui est très attendu. Par le public et par la presse. « Dare » sort en octobre: il atteint rapidement la tête du top Uk. Décidé à battre le fer tant qu’il est chaud, Virgin veut un nouveau single pour décembre. Ce sera « Don’t You… », malgré les réserves de Phil Oakey qui ne croyait guère en ce titre qu’il avait placé en fin de la face B de l’album…Mauvaise estimation du leader de Human League: « Don’t You… » connait un succès phénoménal, et donne au groupe une carrure internationale…A noter encore que Human League utilise avec discernement la vidéo en plein développement et que l’idée du titre de l’album est venue du souvenir d’un numéro du magazine Vogue paru dans les mois précédents: comme Duran Duran, ABC, et les autres acteurs de la New Wave, Human League veut évoluer dans le registre du glamour, de l’élégance, de l’image…

hl dare

 

« Love Action » — « Don’t You Want Me » — « The Sound Of The Crowd »

« Open Your Heart » — « The Things That Dreams Are Made Of »