Blondie – Entre Punk et Pop, entre USA et Europe

Posted: 25th novembre 2014 by leo in 70s, 80s

Au milieu des 70s, c’est le branle bas de combat dans l’univers pop-rock. Une nouvelle génération de groupes et artistes monte à l’assaut, bien décidée à déloger les « dinosaures » du rock. En Angleterre, c’est l’épisode Punk, puis la New Wave. Aux Usa, des gens comme les Talking Heads, Television, Ramones et autres Devo émergent. Dans ce mouvement, deux musiciens qui se sont rencontrés au sein des Stilettos, Chris Stein et la Deborah Harry, décident de se lancer dans une nouvelle aventure. Ce sera Blondie, d’après le surnom de la chanteuse. Blondie se produit sur les deux scènes en vogue de New York, le Max Kansas et le CBGB. Fin 1976 le groupe est signé par Chrysalis, un premier album sort en 77. La personnalité de Harry, la production de Gottherer, l’ouverture musicale du groupe qui lu permet d’être plus qu’un groupe punk: l’accueil de la critique est positif. Le public mettra un peu de temps, et l’album suivant, « Plastic Letters », début 78, servi par une meilleure promotion, installe le groupe, avec le single « Denis » qui atteint la 2ème place du top Uk. L’album y atteint le n°1, il est 6ème aux Usa. Sans laisser le temps à cet enthousiasme de retomber, un 3ème lp sort fin 78, « Parallel Lines », produit par Mike Chapmann. C’est le carton, avec 20 millions d’exemplaires vendus. Le meilleur résultat pour le groupe. Et des singles comme « Sunday Girl », « Hanging On The Telephone » ou « Heart Of Glass ». Un titre qui voit Blondie ajouter une dimension dance à son répertoire. A partir de là, chaque album sera l’occasion d’explorer de nouveaux univers, le synthé pop avec « Call Me », produit par Giorgio Moroder (Donna Summer), pour le film « American Gigolo » en 1980, le funk-rap avec « Rapture », et le reggae avec « The Tide Is High », tous deux sur « Autoamerican » en 1981.

1981 marque une rupture dans le parcours de Blondie. Les membres se donnent une année pour se consacrer à des projets personnels (« Koo Koo » pour Debbie Harry). Et le 6ème album en 82, « The Hunter » connaît un accueil mitigé…Ce relatif échec, le fait que Stein se soit découvert une grave maladie, des tensions dans le groupe: l’aventure Blondie se referme. Provisoirement, puisque le groupe se reformera, sans connaître le même impact cependant, à la fin des 90s (avec quand même en 1999 un top 1 dans le chart anglais, « Maria). Le dixième album du groupe, « Ghost Of Download », est sorti au cours de cette année 2014…

blondie

« X Offender » (1977) — « Denis » (1978) — « Dreaming » (1979)

« Call Me » (1980) — « Rapture » (1981) — « The Tide Is High » (1981)

« Maria » (1999) — « Drag You Around » (2014)