Slade – Glam et Fantaisie

Posted: 19th octobre 2014 by leo in 70s

Une véritable déferlante : entre 1971 et 1974, Slade place 17 titres dans le top 20 anglais…Dont six n° 1. Trois de leurs singles entrent directement en première position dans le classement. Et ce succès est international. Un vrai groupe populaire, au bon sens du terme, dont le capital de sympathie est resté intact au fil de son parcours. Et après : Slade ne figure pas au nombre des géants du Rock. Mais est un groupe qui a marqué son époque et dont on se souvient avec plaisir. Un acteur marquant de la période Glam. En notant que Slade s’insère dans ce courant par sa sonorité et son look excentrique, mais n’en partage pas l’aspect trouble et décadent (Bowie, Bolan, Cockney Rebel, Roxy,…). Au contraire, les quatre musiciens originaires des Midlands ont une image « bon enfant », teintée d’humour, très « british »…

Après plusieurs expériences dans des groupes des 60s, Noddy Holder (chant), Jim Lea (guitare), Dave Hill (basse) et Don powell (batterie) se réunissent pour créer Ambrose Slade. Un premier album, en 1969, est un échec commercial. Leur route croise celle de Chas Chandler, ex bassiste des Animals, reconverti dans le management et la production. Avec une belle réussite à son palmarès : avoir fait venir un certain Jimi Hendrix en Angleterre. Il prend en main la carrière du quatuor anglais : il les amène chez Polydor, et remodèle leur apparence. Les cheveux courts style Skin de leurs débuts s’allongent, les tenues extravagantes remplacent un look sobre…

Le déclic se produit au cours de l’été 1971 : « Get Down And Get With It » atteint la 16ème place du top Uk. Et en novembre, c’est une composition du tandem de songwriters du groupe, Holder et Lea, qui atteint la tête du même classement. La « machine à tubes » est lancée…Quatre singles, « Look Wot You Dun », « Mama, Weer All Crazy Now », « Take Me Back Home », « Gudbuy T Jane » et deux albums, « Alive » et « Slayed », installent Slade dans son statut de hitmaker en 1972.

Et en 1973, « Cum On Feel The Noize » entre directement en n°1 : le dernier single à avoir réussi cette performance était le « Get Back » des Beatles en 1969. Slade va la rééditer les mois suivants avec « Skweeze Me » et « Merry Xmas Everybody », futur « standard » de Noël, enregistré en plein été.

1974 sera encore une « année Slade », malgré un certain recul : l’album « Old new Borrowed & Blue » est n°1, les single « The Bangin’ Man » et « Everyday » figurent dans le top 3. Et le groupe s’aventure musicalement vers d’autres orchestrations. Il est le héros d’un film, dont il signe la bande originale. Et pense de plus en plus à conquérir les Usa. Car si le succès du groupe a depuis longtemps gagné le continent européen, les Etats-Unis n’ont pas suivi le mouvement. Le quatuor britannique va passer une bonne partie des années 75 et 76 en tournée outre Atlantique, et reformate son style dans la perspective de la conquête du continent américain. Une absence de la scène anglaise préjudiciable, et sans véritable réussite. La fin du parcours est proche. A noter que le groupe connaîtra un bref regain de succès au début des 80s, à la suite d’une participation improvisée – un remplacement – au festival de Reading.

sans-titre (66)

« Get Down And Get With It » — « Mama Weer All Crazy Now » — « Cum On Feel The Noize »

« Skweeze Me, Pleeze Me » — « Merry Xmas Everybody » — « The Bangin’ Man »