Alternative TV – Du papier au vinyl…

Posted: 30th septembre 2014 by leo in 70s, Punk

Eté 1976: la vague punk atteint l’Angleterre. Et va rapidement bousculer le paysage musical. Mark Perry est un jeune employé de banque. Il se passionne pour ce chambardement. Au point de quitter son boulot et de s’improviser concepteur et éditeur d’un fanzine consacré à la nouvelle scène qui se met en place. Inspiré par le titre d’un morceau des Ramones, il le nomme « Sniffin’ Glue ». Du fabriqué maison, mais surtout un « journal » qui vit au plus près du terrain, qui rend compte de l’effervescence du moment. Au point de se positionner comme une alternative à la presse rock classique. Ca marche: aux 50 exemplaires du premier numéro, en juillet, succède un tirage qui se compte par milliers. Et la formule fait école: des fanzines apparaissent en nombre: pages photocopiées et agrafées, une réalisation artisanale, et, surtout, de la passion…Perry commente, parfois avec intransigeance, l’actualité, une année durant. Avant de mettre fin aux parutions de « Sniffin’ Glue », et de se consacrer à l’aventure musicale elle-même, comme acteur. Rapidement, il a eu envie de franchir le pas. D’entrer dans la danse. Après quelques essais infructueux, il rencontre Alex Fergusson. Un jeune Ecossais qui a comme lui décidé de tout laisser tomber, et de partir avec sa copine pour Londres. L’endroit où « ça se passe ». Le duo crée Alternative TV. Un répertoire se met en place, mis à l’épreuve du live. Grâce à un coup de pouce de Miles Copeland (avec qui Perry a lancé un peit label indépendant), Alternative TV entre en rapport avec EMI qui lui offre des heures d’enregistrement en studio. Le résultat n’aboutit pas à un contrat, mais permet aux nouveaux venus de bénéficier de démos de qualité. Et Perry publie dans le dernier numéro de « Sniffin’ Glue » un premier « flexi-single », « Love Lies Limp ». Deux mois plus tard, en décembre ’77, sort un autre single, « How Much Longer ? ». On y retrouve le Perry commentateur de l’actualité musicale: dans ce morceau, il déplore un certain nombre de clichés punk, insignes nazis, épingles de nourrice,…Pour lui, le Punk, c’est plus que cela…De l’audace, de l’engagement, une conscience politique…Et c’est là que va se situer le talon d’Achille du groupe: Perry veut faire évoluer Alternative TV  vers une démarche parfois expérimentale, tandis que Fergusson privilégie une efficacité plus « classique ». Après un premier album début 1978, « The Image Has Cracked », bien accueilli, , les tensions vont s’exacerber, jusqu’à la rupture entre les deux membres fondateurs. Mené par le seul Perry, Alternative TV sortira en fin d’année l’album « Vibing Up The Senile Man ». Plus dur d’accès, il déconcertera le public du groupe, et ne trouvera guère grâce aux yeux de la critique. Perry referme l’épisode Alternative TV (qu’il ressuscitera ponctuellement) et poursuit un chemin marqué par une intransigeance et une intégrité constantes…

sans-titre (49)

« Action Time Vision » — « Love Lies Limp » — « How Much Longer »

« Life After Life » — « The Force Is Blind »