C’est sur, Ty Segall n’est pas à court d’inspiration. Le Californien sort une version interactive du clip consacré à la plage titulaire de son 7ème album solo, sorti fin août. Un copieux double de 17 titres…A peine 27 ans, et déjà une floppée de productions. Ses albums solos auxquels s’ajoutent ses projets parallèles, Fuzz, Ty Segall Band, Pervertset autres Sic Alps…Ajoutons y des collaborations avec Tim Priesley pour le projet White Fence…Le dernier album de Segall, « Manipulator » rompt un inhabituel silence de plus d’un an: il a consacré le temps nécessaire à mettre en place un disque qui rassemble toutes les pistes musicales qu’il explore. Car si Ty Segall est un créateur hyper productif, c’est aussi un boulimique de découvertes musicales. Qui découvre avec intérêt ce qui s’est fait avant lui, et s’en nourrit. Un cocktail qui mélange Punk, Grunge, Glam, Psyché, Garage, Heavy,…C’est fort volontiers qu’il cite les personnalités musicales qui lui ont procuré de l’émotion et de l’envie de créer de la musique. Et c’est éclectique: les Kinks, Hawkwind, Nirvana, Black Sabbath, Marc Bolan, le Bowie période Ziggy, les Stooges, Hendrix, Pink Floyd…Il digère tout cela, et en tire un son personnel, original, aventureux, excentrique parfois… C’est en 2008, après avoir participé au parcours d différents groupes de San Francisco qu’il passe le pas, et entame un aventure en solo. En suscitant au fil des productions de plus en plus d’intérêt. Son registre s’enrichit, son énergie se canalise…Et sa réputation gagne du terrain: ce fer de lance d’une nouvelle génération de musiciens californiens a depuis longtemps élargi son champs d’action bien au-delà de la Bay Area. Il connait d’ailleurs en ce moment un joli succès dans plusieurs charts du continent européen. En France et en Belgique notamment…

images (12)

« The Clock » (2014) — « Manipulator » (2014) — « Susie Thumb » (2014)

« Stick Around » (2014) — « Would You By My Love ? » (2012)

« I Can’t Feel It » (2011) — « My Sunshine » (2010)