Un petit tour dans le « rayon frais », et quelques petites choses agréables…Un retour, d’abord: The RENTALS, le projet solo de l’ex bassiste de Weezer, Matt Sharp. Premier album depuis « Seven More Minutes » en 1999. C’est le troisième lp de ce qui est avant tout le groupe du seul Sharp. Qui au gré des productions s’entoure de collaborateurs occasionnels. Albarn était de la partie il y a quinze ans. Cette fois, on note notamment la présence du batteur des Black Keys, Patrick Carney. Le nouveau disque s’intitule « Lost In Alphaville », et contient de belles réussites, des titres élaborés sans être prétentieux, dans une atmosphère dominée par les synthés. Autre retour: The JUNE BRIDES. Ils ont fait, entre 1983et 1986, partie des pionniers du Rock Indie. Et avaient été pressentis pour faire figurer sur la compilation C 86. Ils avaient décliné: mauvaise idée. Après de beaux débuts dans les charts Indie, le groupe s’était fait plus discret, avant de se retirer en 1986. Les June Brides se sont retrouvés en 2012, pour un single publié chez Slumberland. Ils confirment ce retour avec un nouvel EP. Et ce titre qui semble sortir tout droit des 80s: un son indie intact, guitares en avant et touches de trompette…

Des nouveaux venus…En Australie, à Sidney, SPOOKYLAND, créé par les frères Marcus et Liam Gordon: sortie d’un premier EP. Et le prometteur « Rock’n Roll Weakling ». Et dans le sud de l’Angleterre, The DEATH OF POP…Trois frères et deux cousins qui ont déjà sorti un single voici quelques mois. Suivi d’un EP, dont le titre « Whenever » vient de faire l’objet d’un clip. C’est aérien, séduisant, avec des touches de Shoegaze. C’est sorti chez Art Is Hard, dans une présentation originale: un flexidisc accompagné d’un petit livret… A suivre…

BAXTER DURY, enfin, qui sort un nouvel album en octobre. Trois ans après le fort réussi « Happy Soup ». Titre du disque à venir: « It’s a Pleasure ». Dont la sortie coincide avec un changement de label. Dury est passé chez PIAS. Deuxième titre sorti en avant-goût: « Palm Trees », morceau nonchalant sur lequel Dury fils assume complètement, dans son phrasé, l’héritage de son père Ian Dury

sans-titre (63)

The Rentals – « Seven Years » — The June Brides – « Being There » — Baxter Dury – « Palm Trees »

Spookyland – « Rock’n Roll Weakling » — The Death Of Pop – « Whenever »