Intéressant parcours que celui des Soup Dragons, entre 1985 et 1995: le groupe illustre le chemin qui mène de la période immédiatement Post Punk au Brit Pop, en passant par l’Indie Rock et les années Rave. Et, dans ses premiers enregistrements, il préfigure ce qu’on a parfois appelé le « nouveau punk américan » (Weezer,…).

Le groupe naît en 1985 à Bellshill, près de Glasgow. Les membres du groupe prennent comme référence The Buzzcocks et pratiquent un rock dynamique et direct. Il réalisent une K7 démo, et multiplient les concerts. Et attirent l’attention d’un label, Subway Organisation. Un premier EP sort en 1986. Suivi par un single, la même année, qui se classe deuxième du chart « indépendants » anglais. The Soup Dragons fait partie de ce mouvement C 86 auquel appartenaient également les Mighty Lemon drops. Entre 1986 et 1988, en restant dans la même veine typiquement Post Punk, les Ecossais vont sortir six singles et un premier album, « This Is Our Art ». Ils vont aussi s’implanter de manière intéressante aux Usa, où une compilation rassemble leurs singles. 

Le passage aux 90s voit The Soup Dragons modifier sensiblement leur style musical, et leur look, au point qu’on pourrait penser qu’il s’agit d’un autre groupe.  Ils s’orientent vers un répertoire mêlant rock, dance, et psyché, correspondant à l’irruption de la vague Rave anglaise (Happy Mondays, EMF,…). Un changement d’orientation qui rencontre le succès: en 1990, l’album « Lovegod » atteint la septième place du top Uk. Et le groupe classe en cinquième place du top le single « I’m Free », une reprise d’un morceau des Rolling Stones, adapté de manière dansante, et agrémentée d’un touche de talk-over Reggae avec Junior Reid. 

Les lps suivants seront de la même veine. « Hotwired » en 1992 fonctionnera encore bien, avec le single « Divine Thing », 35ème du top Us, avec de fréquentes diffusions sur MTV. Mais progressivement le succès se fera de plus en plus désirer, et en 1995 les Soup Dragons jetteront l’éponge, les musiciens partant dans des directions différentes. L’un d’eux, le batteur Paul Quinn, intégrera un autre groupe originaire de Belshill, Teenage Fanclub, resté lui fidèle à l’Indie Rock de ses débuts…

sans-titre (32)*

« Can’t Take No More » (1987) — « Soft As Your Face » (1987)

« I’m Free » (1990) — « Mother Universe » (1990)

« Divine Thing » (1992)