The Struts – Le premier album…

Posted: 30th juillet 2014 by leo in Non classé

 

Lundi est sorti le premier album des Struts, le groupe de Luke Spiller: « Everybody Wants » est à l’image du personnage et du groupe, et confirme le talent du chanteur et de ses comparses. Un disque qui semble presque trop parfaitement mettre en scène les codes et l’imagerie de l’univers Rock. Fabriqué? La question vient à l’esprit…Spiller s’explique sur son attitude parfois outrancière: « You need flamboyance, style…Too many bands are afraid… ». Lui ne craint pas de se glisser dans cet univers Glam, d’exprimer sa propre démesure.

C’est l’an dernier que nous avons découvert ce jeune groupe Anglais, de Derby, qui semblait avoir tous les atouts pour devenir « the next big thing » : un son, une voix réellement impressionnante, les compositions, l’attitude. Et une belle arrogance, un défaut/qualité qui fait partie du « grand jeu du Rock »…Et il est agréable de se laisser prendre à ce jeu…Comme certains de ses contemporains, Temples, Strypes, Toy, Moons,… le groupe semble avoir tout assimilé de la longue histoire de l’aventure Pop Rock. Et cette nouvelle génération s’amuse visiblement à en remettre en scène les codes. Codes musicaux, codes vestimentaires et attitudes aussi…Luke Spiller, flamboyant chanteur et leader de la formation explique comment il a découvert « sur le tard » ces artistes dont il se revendique, les Stones, Led Zeppelin, Oasis, Queen, Primal Scream, les Libertines (le dernier groupe significatif en date, estime t’il)…Fameux cocktail d’influences. Que l’on discerne dans les morceaux du groupe, emmené par un Spiller grand showman, quelque part entre Jagger, Bowie, Freddie Mercury  et David Johansen.

C’est au début de cette décennie que Luke Spiller a mis en route le projet en compagnie du guitariste Adam Slack. Pendant de longs mois, ils ont élaboré un répertoire, avant de s’adjoindre bassiste et batteur. Un premier single, « I Just Know » est sorti en 2012, témoignant déjà d’une belle maturité. Des concerts, un contrat avec Emi, et un parcours qui s’accélère : les singles s’enchainent, la réputation du groupe s’installe, et une belle exposition avec la première partie du récent concert parisien des Stones…Maintenant, l’album. Les Struts sont ambitieux et déterminés, ils ne reculent devant rien. En témoignent leurs étonnantes reprises: un titre d’Edith Piaf , le « Get Lucky  » de Daft Punk, des Stones, des Black Keys, l’emblématique « Rebel Rebel » de Bowie lors du concert accompagnant la sortie d' »Everybody Wants »,…Comme si Spiller et ses collègues, Slack (guitare), Jed Eliott (basse) et Geffin Davies (batterie) voulaient sans cesse démontrer leurs capacités…Musicales (elles sont incontestables) mais aussi scéniques. Le groupe utilise, parfois à l’excès, une gestuelle « Rock », et Spiller est autant un showman qu’un chanteur…Une théâtralité totalement assumée…

sans-titre (18)

« Kiss This » (2014) — « Could Have Been Me » (2013) — « Put Your Money On Me » (2014)

« I Just Know » (2012) — « Rebel, Rebel » (live 2014) — « Get Lucky » (2013)

« Milord » (2013)