Une chanson, une vraie, percutante et intemporelle : « Eve Of Destruction ». De celui qui l’a popularisée, en 1965, il n’y a pas grand-chose à dire. Barry McGuire est alors âgé de 30 ans. Il a derrière lui une honnête carrière dans plusieurs groupes de Folk. Installé à Los Angeles, il vient d’entamer une carrière solo sous l’égide de Lou Adler (Dunhill Records). Et il n’arrivera jamais à renouveler le succès, massif et international, de ce single. Après quelques albums, il s’orientera, au début des 70s, vers le Rock chrétien dont il sera un des pionniers, et dans lequel il est encore actif.

Un tandem de compositeurs est un élément central de Dunhill : PF Sloan (en fait, Philip Schlein) et Steve Barri. On leur doit « Eve Of Destruction », qu’ils proposent d’abord aux Byrds. Qui ne sont pas preneurs. Le morceau est « adopté » presque simultanément par Mc Guire, par un groupe débutant, les Turtles, qui le placent sur leur premier album, et par Jan & Dean. Et c’est la version de McGuire qui fait connaître le morceau du grand public. Un étonnant morceau, parfait exemple de Protest Song, acéré, et interprété avec sincérité, et avec fraîcheur. McGuire est plus un homme de conviction qu’un chanteur commercial. Et on sent qu’il adhère à ce texte qu’il défend. Quant à la fraîcheur du morceau, son côté improvisé, on le doit aux circonstances : il est enregistré en une matinée, et n’est pas destiné à sortir tel quel. McGuire trébuche même sur une partie du texte griffonné sur un papier. Et pourtant, c’est ce « brouillon », dont une copie a fuité, qui passe sur une radio quelques jours plus tard, et prend son envol. Le morceau atteindra le n° 1 du  Billboard US, et ce succès traversera l’Atlantique.

Succès mais aussi controverse : le texte est incisif. Il prend position contre la guerre, contre la violence, pour le vote des jeunes (« You’re old enough to kill, but not for voting »), il évoque le mouvement des Droit Civiques…Il va focaliser les critiques d’un public conservateur, et sera interdit sur certaines radios US. Même en Angleterre, la BBC le bannit de programmes de divertissement « grand public ».

Le « Eve Of Destruction » de Barry McGuire n’est pas un des tout gros tubes des 60s, mais quand on l’entend, il est évocateur de cette époque, il semble familier. Et surtout, il continue à séduire parce qu’il sonne « vrai ». Et peut-être aussi parce qu’il reste, hélas, d’actualité par sa dénonciation de la violence humaine. Des interprétations plus modernes ont même modifié le texte pour y évoquer, par exemple, l’épisode de Columbine…

« Eve Of destruction » – Lyrics — « Eve Of Destruction », TV show

Jan & Dean — The Turtles —