Un album parfait pour l’été, directement séduisant, rafraichissant, astucieux : le premier lp d’un duo australien , Jagwar Ma. On les avait découverts un peu par hasard il y a quelques mois. Un nouveau venu prometteur pensait-on. Il tient ses promesses…Jagwar Ma, c’est au départ la rencontre en 2011  à Sidney de deux individus, Jona Ma et Gabriel Winterfield. Le premier vient de l’univers de la production, tendance Electro, le second a fait ses armes du côté d’un Rock Pop axé sur la guitare. Il s’occupe dans le duo du chant et de la guitare, Ma prenant en charge claviers et percussions. Un troisième homme s’est intégré progressivement au projet, le bassiste Jack Freeman. Le résultat, c’est un groupe qui mélange les genres, tout à fait contemporain mais qui se nourrit du passé, qui privilégie un mélange de groove et de mélodie, et qui transgresse les genres. En écoutant le premier album, « Howlin’ » on pense aux sonorités Psyché des 60s, ou au son de la vague Madchester du début des 90s. Comme Tame Impala, Foxgen, Jacco Gardner, Ma et Winterfield maîtrisent bien leur « Histoire du Rock », et donnent à des sonorités déjà utilisées par leurs prédécesseurs une dimension nouvelle.

Autre particularité du duo : ils font partie de cette nouvelle génération de musiciens (Washed Out, DIIV, MGMT, Toro Y Moi, Go Team,…) qui travaillent dans une démarche qui ne correspond plus au schéma du groupe traditionnel. Et dans ce sens, ces « bricoleurs » sont d’incontestables héritiers du phénomène House de la fin des 80s…

       

« Come Save Me » — « That Loneliness » — « The Throw »

« Exercise » — « Uncertainty » — « Man I Need »