Tame Impala – Confirmation

Posted: 7th octobre 2012 by leo in 2000s, 2012, A suivre..., Rayon "frais"

C’est une des sorties intéressantes de cet automne : le second album de Tame Impala, « Lonerism ». Le fruit d’un long travail de gestation. C’est en effet au lendemain de la parution de son prédécesseur, en 2010, que Kevin Parker s’est mis à la création de nouveaux titres, discrètement…Créer dans son coin des morceaux qui soient à la fois ambitieux et accessibles, pop, c’est la marque de fabrique de cet australien. Fils d’un père lui-même passionné de musique, Parker a commencé très jeune, aux alentours de quinze ans, à composer, et à concilier un évident intérêt pour les sonorités du Rock Psyché de la fin des 60s et une pratique moderne des techniques sonores. Il a conçu dans le studio qu’il avait aménagé à son domicile de nombreux titres. Sans avoir au début l’ambition de les publier. Et pourtant certains d’entre eux se sont retrouvés sur l’album « Innerspeaker »…

C’est qu’entretemps les choses avaient changé. Parker place en 2008 la vingtaine de morceaux qu’il a  enregistrés sur My Space. Et provoque l’intérêt de plusieurs labels : le fruit du travail solitaire de plusieurs années présente en effet une belle maturité. Et c’est la naissance au public de Tame Impala. Un groupe à géométrie variable : en studio, Parker est le maître d’œuvre, accompagné de Jay Watson (batterie, vocaux additionnels, et, de plus en plus, songwriting) et Dominic Simper (basse, effets de guitares,…). En live, d’autres musiciens viennent s’ajouter à cette base.

En 2008 sort un premier EP chez Modular. C’est aussi le moment des premières scènes, avec des premières parties, en Australie, pour Mgmt, Black Keys, Yeasayers,…On découvre la « psychedelic, hypno groove, melodic , rock music » des australiens, comme la définit Parker. Une musique dans laquelle on sent des influences mêlées du Psyché de la fin des 60s, du Space Rock, du Krautrock (Neu), de Todd Rundgren (il a proposé un remix de leur dernier single), de Yes et Pink Floyd…

C’est au printemps 2010 que sort le premier album. Une sortie internationale, saluée par la critique. « Innerspeaker » sera désigné album de l’année par Rollingstone. La musique est foisonnante mais directe, référencée Psyché mais tout à fait actuelle.

Parker se met immédiatement à la préparation d’un successeur. Deux ans durant, les morceaux sont composés, enregistrés en divers endroits au fil des tournées de Tame Impala. « Lonerism » est presque terminé en décembre 2011. Et une sortie prévue en mars a finalement été retardée, jusqu’à ce mois d’octobre.

On note au passage une petite touche française sur ce lp : un titre en français et une pochette réalisée dans les jardins du Luxembourg. Souvenir du passage à Paris de Kevin Parker qui y a produit l’album du projet de Melody Prochet, « Melody’s Echo Chamber », une création electro-dream pop…

Tame Impala sera en Europe dès la mi-octobre pour une tournée qui passera par Paris (Bataclan, 15/10) et Bruxelles (AB, 16/10), avant plusieurs dates au Royaume Uni.

                  

Elephant – 2012

Desire Be, Desire Go – 2008

Sundown Syndrome – 2009 (Live)

Expectation – 2010

Feels Like We Only go Backwards – 2012