Bijou – Rock à la radio

Posted: 27th juillet 2012 by leo in 70s, En français...

Lorsque l’on  évoque l’éclosion d’une nouvelle génération du rock français, à la fin des 70s, c’est la plus souvent le nom de Téléphone qui est évoqué. Si l’impact du groupe d’Aubert est incontestable, il serait dommage de ne pas aussi mettre en évidence le rôle de Bijou. En soulignant une différence notable : Téléphone était le projet de tout jeunes gens, tandis que les créateurs de Bijou avaient déjà quelques expériences derrière eux.

1967 : passionnés par l’aventure rock, deux jeunes de la région parisienne, Jean Louis Palmer et Philippe Dauga créent le groupe Mindblow. Du Blues Rock, et les cheveux longs. L’aventure se termine au début des 70s. 1974, Dauga propose à Palmer un nouveau projet, Bijou. S’y joignent Dynamite Yan, et un quatrième homme dont le rôle est particulier : Jean William Thoury, journaliste, ne joue pas dans le groupe, il en est le manager, le parolier, er souvent le producteur. Le style n’a rien à voir avec le passé : cheveux courts, costumes-cravates, Bijou s’inspire plus de la nouvelle génération Punk et Mod, avec aussi des références 60s au second degré. Qui ne sont pas éloignées de celles de  la nouvelle vague Ligne Claire en BD (Serge Clerc signe d’ailleurs une de leurs pochettes). Le trio (ou quatuor) prend aussi l’option de chanter en français. Ils évoquent comme modèle,  en 1977 dans Best, l’écriture « rock » de Serge Gainsbourg, dont ils ont repris « Les papillons Noirs ». Une complicité va naître entre Gainsbourg et eux : il compose un de leurs morceaux les plus connus, « Betty Jane Rose », et eux vont être pour beaucoup dans le retour du chanteur sur scène…

Bijou multiplie les concerts dès 1976, et est signé par Phonogram : un premier album sort en 1977. L’accueil est suffisamment positif pour que suive en 1978 « OK Carol ». En 1979, la production de « Pas Dormir » est confiée aux frères Mael, de Sparks.

A côté des albums, des singles : pour les membres de Bijou, le 45 tours – le Cd n’existe pas encore – est l’essence même du Rock.  Ces singles, « Betty Jane Rose », « Je pense à toi », …ne figurent dès lors pas sur les albums, si ce n’est le Live.

Le parcours des français n’ira pas très loin dans les 80s. Un album sort en 1981, « Jamais domptés »,  le single « Rock à la radio » fonctionne bien, puis le succès s’estompe et le groupe tire sa révérence.
Différentes « reformations »  auront lieu par la suite. Dans un premier temps, Palmer, qui a participé au « Merde in France » de Dutronc, essaie de relancer une formule de Bijou en compagnie de Jacques Duvall. Sans suite. Et plus tard, Dauga crée Bijou SVP. Autrement dit « Sans Vincent Palmer ». Sans grand retentissement.

                  

La fille du Père Noël (Dutronc)

OK Carole

Les papillons noirs (avec Gainsbourg)

Je pense à toi