On pourait décrire le groupe Heaven 17 comme la part expérimentale, émancipée, de Human League . Tout commence en effet en 1978 avec la création de Human League. Le groupe pratique une musique marquée par l’utilisation de synthés, souvent froide et métallique. Il s’intègre dans un courant illustré aussi par Gary Numan et Tubeway Army, John Foxx, Ann Steel,…Le groupe de Sheffield sort quelques singles, deux albums, sans vraiment décoller. Des tensions naissent entre ses membres, en particulier entre Ian Craig Marsh et le chanteur Phil Oakey, au sujet de l’orientation à prendre…Human League éclate : Ian Marsh et Martyn Ware vont former Heaven 17. Phil Oakey et les autres obtiennent de conserver le nom originel. L’accord entre les deux parties prévoit que les partants recevront 1% des royalties dégagées par l’album suivant que sortira Oakey sous le nom de Human League. Ce sera l’énorme succès de « Dare », en 1981 : une affaire en or pour Marsh et Ware.

Alors qu’Oakey choisit de se diriger vers un style plus orienté vers le grand public, les deux autres, qui entretemps ont trouvé un chanteur, Glenn Gregory, vont conserver une attitude plus expérimentale, plus ardue d’accès, et progressivement orientée vers une tendance dance.

Sous deux formes. D’une part, ils créent une « unité de production », qu’ils appellent, un peu pompeusement, la British Electric Foundation. Ils conçoivent des albums concepts et des disques pour lesquels ils font appel à des vocalistes qui sont souvent des artistes dans le creux de la vague, comme Gary Glitter, Hank Marvin, Tina Turner.

D’autre part, il y a le groupe proprement dit, Heaven 17. Il peine à s’imposer, contrairement à Human League qui caracole en tête des charts. L’album « Penthouse & Pavement », en 1981, atteint la 14ème place du top Uk, mais aucun des singles qui en sont extraits n’entre dans le top 40. Pire, le single « Fascist Groove Thang » est au centre d’une polémique qui le prive de passage sur la radio publique…

Fin 1982, « Let Me Go » marque un progrès vers le succès, progrès qui se concrétisera plus nettement en 1983 avec le single suivant, « Temptation » : plus commercial que les titres précédents, il atteint la 2ème place du top anglais. « Come Live With Me » et « Crushed By The Wheels Of Industry » confirment le nouveau statut d’Heaven 17, et « Let Me Go » fait une belle deuxième carrière aux Usa.

1984 aussi est une année fructueuse pour le trio de Sheffield. Le 3ème album, « How Men Are » est 12ème du top Uk, la BEF relance brillamment la carrière de Tina Turner («Let’s Stay Together »), et les membres de Heaven 17 sont de l’aventure Band Aid. Mais le déclin est proche : les deux singles extraits de « How Men Are » seront les derniers à se connaître un succès appréciable. La suite sera marquée par la sortie de quelques albums (le dernier en date en 2005), des remixes, des compilations, des apparitions télévisées, et des tournées « revival », notamment en compagnie d’ABC et de Human League…

En 2011, Ian Marsh et Martyn Ware ont donné des concerts pour célébrer le 30ème anniversaire du premier album. A noter encore que Ware au cours des 90s, a officié comme producteur pour, notamment, Terence Trent d’Arby et Marc Almond. 

                  

Fascist Groove Thang – 1981

The Height Of The Fighting – 1982 (play back Tv 83)

Let Me Go – 1982 (Tv belge)

Temptation – 1983 (Top Of The Pop)

Crushed By The Wheels Of Industry – 1983 (TOTP)