Mode d’emploi…

Posted: 30th décembre 2011 by leo in Non classé

POSOLOGIE: C’est quoi, » Each Day, a Song » ? Apprécier un morceau, le découvrir, le redécouvrir est un plaisir qui peut se renouveler chaque jour…Un morceau qui colore un moment, qui donne le sentiment de cotoyer de belles choses. Une fois par jour semble être une bonne prescription…Quel qu’en soit le style, même si ici il sera surtout question de pop-rock. Au sens très large. L’univers de la musique enregistrée et diffusée existe depuis longtemps maintenant. Et on semble pourtant loin de l’essoufflement. Chaque jour permet la découverte d’un artiste, d’un groupe, d’un titre…Foster The People, Wilco, King Krule, The Vaccines…cette année, Nirvana, Blur, Oasis, Clash, The Smiths, New Order, David Bowie, Marc Bolan, Neil Young, The Byrds,The Beatles…auparavant. Redécouvrir ces « anciens » groupe, ou les découvrir parce tout simplement on n’était pas encore de ce monde…Découvrir ceux qui fourbissent leurs notes, et s’apprêtent à envahir la scène…C’est l’idée de ce site…

COMPOSITION: Des coups d’oeil sur la carrière de groupes et artistes plus ou moins connus / Des gros plans sur des albums importants / Des artistes à découvrir, à suivre / Un regard en arrière sur d’anciens charts, histoire de respirer l’atmosphère musicale d’un moment donné / Des news, glanées à droite et à gauche: albums prévus, actualité des groupes,…

DATE D’EXPIRATION: Non ( ou alors peut-être le 21/12/2012 ?)

EFFETS SECONDAIRES:  l’envie de découvrir plus avant ces groupes et artistes dont il sera question ici.

IMPORTANT: ne pas hésiter à nous faire part de vos suggestions ou questions…

 

 

Daft Punk – Retour aux débuts…

Posted: 23rd février 2021 by leo in 90s, Rayon "frais"
Retour aux origines d’un parcours qui s’est officiellement clôturé aujourd’hui, celui de Daft Punk…
C’est à la fin des 80s que les deux futurs musiciens masqués se rencontrent dans un lycée parisien, réunis par l’intérêt pour la musique et des goûts communs.
Leur première incursion sur la scène musicale sera un single, en 1993: ils se présentent sous le nom de Darlin’, en compagnie d’un troisième musicien, Laurent Brancowicz, futur guitariste de Phoenix…
L’aventure sera courte: le succès n’est pas au rendez-vous, et, dans une critique, le Melody Maker anglais parle de Punk « stupide et trash », « daft punky trash ».
Le duo se souviendra de cette critique un peu plus tard lorsqu’il créera, toujours en 1993, Daft Punk…

Dry Cleaning – Premier album chez 4AD…

Posted: 21st février 2021 by leo in Rayon "frais"
Au cours de l’été 2019, un étonnant single attire notre attention: « Magic Of Meghan » est une sorte d’ode consacrée à la nouvelle venue dans la famille royale britannique.
Plutôt surprenant. Surprenant aussi le son de ce morceau: un récitatif sur un titre qui évoque le postpunk minimaliste de la fin des 70s, Wire, Maximum Joy, les B 52s,…
On découvre un jeune groupe londonien, Dry Cleaning.
Deux eps suivront, et dans quelques semaines sortira un premier album, produit par John Parish, chez 4AD qui a signé le groupe au cours de l’automne ’20.
Le projet remonte à 2017, mis en route par un duo bassiste-batteur. Une base essentiellement rythmique qui a déterminé le son de Dry Cleaning. S’y ajoute un guitariste, et vient la recherche d’un vocaliste. Ce sera une fille, Florence Shaw, qui va donner au projet sa touche particulière: elle ne chante pas, elle déclame, sur un ton dégagé, monocorde, des textes qui viennent se greffer sur la musique de ses trois comparses…

The Lounge Society – Un premier ep en juin…

Posted: 18th février 2021 by leo in Rayon "frais"
La nouveauté du jour, c’est incontestablement l’impeccable nouveau titre de

The Lounge Society

, « Cain’s Heresy », qui annonce l’arrivée d’un premier ep du groupe en juin…

Retour un peu moins d’un an en arrière: on soulignait le punch du premier single des Anglais, « Generation Game ». Groupe à suivre, disions-nous.
A juste titre: un second single, puis celui qui arrive aujourd’hui confirment le potentiel du groupe originaire du Yorkshire qui d’ores et déjà a pris sa place sur la nouvelle scène d’Outre Manche, aux côtés de Shame, Fontaines DC, Squid,…
Avec ceux-ci, ils ont en commun le fait de combiner énergie punk et compositions intelligentes, au service de textes exprimant une vision engagée de nos sociétés…
Le parcours de Lounge Society a été rapide: ils ont eu la chance d’éveiller l’attention de Dan Carey avec la demo de « Generation Game », ce qui leur a ouvert les portes du label Speedy Wunderground…
A noter la présence, au début du nouveau clip, de Gordon Raphael: le producteur des premiers disques des Strokes, aujourd’hui installé dans le Yorkshire, est devenu un ami des membres du groupe et leur offre un joli parrainage…

Gang Of Four – Les premières années…

Posted: 9th février 2021 by leo in 70s, 80s, Rayon "frais"
Un copieux box consacré aux premières années -1977 à 1981- du parcours de Gang Of Four, annoncé pour l’automne dernier, arrive seulement pour le printemps…
Au menu, les deux premiers albums, « Entertainment » et « Solid Gold », remasterisés, les singles de cette période, un livre et une k7 audio reprenant des démos, et du live, du matériel inédit.
Ça nous ramène en 1977, du côté de Leeds. Des étudiants du département artistique de l’Université, John King, Andy Gill, Hugo Burnham, bientôt rejoints par Dave Allen, se passionnent pour l’art, la politique, et envisagent la création d’un groupe.
Le premier single du groupe, « Damaged Goods », sortira fin 78, suivi par le premier album…
Et Gang Of Four s’imposera très vite comme un des acteurs essentiels de cette génération qui naît sur un terrain débroussaillé par l’épisode punk…
La k7 du box rend compte de la période qui a immédiatement précédé les débuts discographique des Anglais.
Un exemple, « Elevator », vient d’être proposé en single.

Joe Strummer – Après The Clash…

Posted: 8th février 2021 by leo in Rayon "frais"
Les années 80 ont été pour The Clash des années contrastées: de gros succès et la conquête d’un public américain, mais aussi des tensions internes qui vont provoquer la fin d’une belle aventure débutée en 1976…
« Combat Rock », en 1982, confirme et accentue le succès de « London Calling » et du copieux « Sandinista ». Les tournées sont triomphales.
Mais quelque chose se casse au sein de Clash. Il y a le départ forcé du batteur Topper Headon. Il y a aussi des tensions grandissantes entre Joe Strummer et Mick Jones, qui finit par s’en aller à son tour…
La sortie d’un dernier album et les tournées qui l’accompagnent sont le fait d’un groupe qui n’est plus vraiment le même.
Et la fin du parcours est annoncée…
Strummer va alors entamer une carrière solo plus discrète mais riche de nombreuses expériences et collaborations, avec, notamment les Pogues, les Levellers, ou Big Audio Dynamite, le projet post-Clash de Jones, avec lequel il se réconcilie.
Il y a aussi son propre groupe, Strummer & The Mescaleros, qu’il anime jusqu’à sa mort en 2002, âgé de 50 ans, à la suite d’un accident cardiaque.
Cette seconde partie de sa carrière qui fait l’objet d’une compilation qui sort fin mars. Avec trois inédits, des reprises de titres de Clash, en live et en acoustique…
Le disque sort sur Dark Horses, le label créé par George Harrisson, et aujourd’hui dirigé par le fils de l’ancien Beatles. Le texte de présentation est signé par un admirateur de Strummer, Jakob Dylan…

 

Pendant une bonne dizaine d’années, le groupe new-yorkais The Pains Of Being Pure At Heart a effectué un beau parcours, ponctué par la sortie de quatre albums. C’était entre 2007 et 2018.
Et puis la figure de proue du groupe, Kip Berman, a annoncé que l’aventure était terminée.
Un départ de New York pour le New Jersey, et la naissance d’un enfant, ont même laissé penser que Berman abandonnait la musique…
Il a pourtant créé un nouveau projet solo, The Natvral, et s’apprête à sortir un premier lp, précédé par un nouveau single…

The Lazy Eyes – Made in Australia…

Posted: 5th février 2021 by leo in A suivre...

Un petit tour du côté de Sidney avec un jeune groupe australien qui s’apprête à sortir un second ep…The Lazy Eyes navigue, comme ses célèbres compatriotes Tame Impala ou King Gizzard, entre autres, dans l’univers psyche, avec un grand sens mélodique.

On a découvert le groupe l’an dernier avec un étonnant premier single, « Cheesy Love Song », une balade « old school »…En juin, sortait un premier ep qui faisait plus ressortir l’aspect psyche de leur son…Trois titres réussis qui plaçaient directement le groupe dans la catégorie « à suivre ».
Et, bonne nouvelle, le nouveau single, « Where’s My Brain », disponible en deux versions, longue et courte, confirme le potentiel de Lazy Eyes…

A suivre – Midnight Alleys

Posted: 3rd février 2021 by leo in A suivre...

Un petit tour du côté de Dundee avec un jeune groupe qui, depuis sa formation en 2017, a accompli un joli parcours et s’apprête à sortir en 2021 un premier album…Midnight Alleysa jusqu’à présent à son actif une poignée de singles convaincants, et le dernier en date, « Sick Clown », un titre bref et punchy, donne l’envie de découvrir le jeune groupe écossais sur la longueur d’un album.

La signature avec Deadly Records, un label « découvreur », fin 2020, donne un coup d’accélérateur au groupe, qui avait déjà obtenu un bel accueil des radios, et affirmé sa présence scénique, en première partie de The Wedding Present, notamment…
A suivre, donc…

Investiture et retour surprise…autour de la cérémonie d’investiture de Joe Biden viennent se greffer toute une série de prestations musicales en ligne. Clairement, le candidat démocrate avait pour lui la sympathie d’une bonne part de la scène pop-rock. Et celle-ci va s’associer à l’arrivée de ce nouveau président.
Et on retrouvera notamment un groupe qui ne s’était plus manifesté depuis 22 ans, les New Radicals, groupe au parcours éclair, auteur d’un tube, « You Get What You Give », en 1998. Un de ces titres dont la fraîcheur reste intacte malgré les années.
Ce titre a été beaucoup entendu lors de la campagne du candidat Biden, et est un titre particulièrement apprécié par celui-ci.
De son côté, Alexander, figure de proue des New Radicals, était un des artistes désireux de voir un changement de cap de la politique américaine. C’est cet engagement qui l’a amené à ressusciter son ancien groupe le temps d’un soir…
Petit retour sur le parcours pour le moins inhabituel qu’ont effectué, dans la seconde partie des 90s les New Radicals: naissance en 97, un album en 98, et fin de l’aventure en 99…Alors que l’album et le premier single avaient rencontré un incontestable succès, des deux côtés de l’Atlantique.
Au départ, on trouve Gregg Alexander. il a déjà sorti, sans réussite, deux lps, en 1989 et 1992, quand il décide de créer en 1997 à Los Angeles les New Radicals. Il s’entoure de musiciens, et tout va très vite: en 1998, MCA lui octroie une avance pour la réalisation d’un album. Ce sera « Maybe You’ve Been Brainwashed Too », qui sort en octobre, suivi par le single « You Get What You Give » en novembre. Les critiques sont généralement favorables, l’accueil du public aussi: les New Radicals proposent un son moderne (on pense aux Waterboys, World Party, Verve), avec des références tournées vers les 70s (une voix qui rappelle Jagger par moments), et un soupçon de soul et de hip-hop…Les paroles sont volontiers engagées politiquement, contre l’establishment, la société de consommation, la religion, la faiblesse du système social américain.
L’album se classe n°10 du top Uk, 41ème du Billboard Us. Le single est 5ème en Angleterre, 36ème aux Usa, et marche dans de nombreux pays.
L’année 99 s’annonce bien pour le jeune groupe…Et pourtant des rumeurs de séparation circulent dès le printemps, confirmées en juin, alors que sort seulement le 2ème single. Et Alexander d’expliquer qu’il s’adapte mal au rythme des tournées, et qu’il préfère se consacrer à l’éciture et à la production pour d’autres. Et effectivement, on trouve Greg Alexander à la production pour des artistes comme Rod Stewart, Enrique Iglesias, Santana,Rod Stewart, les anciennes Spice Girls Melanie C et Geri Halliwel, The Struts…Il est même derrière un des gros tubes des 2000s, « Murder On The Dance Floor » de Sophie Elis Bextor. Et pendant ce temps, des titres des New Radicals continuent à être de temps à autre utilisés pour des pubs ou des BOs de films…

A suivre – Yard Act

Posted: 22nd janvier 2021 by leo in A suivre...

Nouveau single pour une des révélations de 2020, Yard Act, « Dark Days ». Et confirmation de l’excellente impression qui nous avait amené à inclure le groupe dans la catégorie « à suivre » lors de la découverte au cours du printemps dernier de « The Trapper’s Pelt », une petite bombe mêlant une rythmique irrésistible et le mélange de chant et de récitatif de James Smith, le chanteur et songwriter du groupe.
Un groupe né à Leeds en 2018, qui jusqu’à présent a proposé quatre singles punchy, dont les influences se trouvent du côté du Postpunk. On pense aussi à des gens comme Clash ou les Happy Mondays…Avec les premiers, Yard Act partage une volonté d’engagement politique, dans une société britannique soumise aux options néolibérales de ses dirigeants.
Le groupe est ambitieux, il commence à travailler sur un premier album qui ne reprendra pas les morceaux déjà sortis. Yard Act a déjà réussi à s’adjoindre côté production des gens comme Bill Ryder Jones et Ross Orton (Arctic Monkeys, Working Men’s Club,…).
Et les Anglais attendent avec impatience de se produire sur scène: leur parcours en live a été interrompu par la crise sanitaire…et ils veulent plus et mieux que les prestations en streaming…